GRÉA Adrien [GRÉA Désiré, Adrien]

Par Notice revue et complétée par Jean-Claude Dubos

Né le 17 janvier 1787 à Lons-le-Saunier (Jura), mort le 1er avril 1863 à Lons-le-Saunier. Viticulteur. Fouriériste.

Ami de jeunesse de Just Muiron*, Adrien Gréa, propriétaire-viticulteur à Rotalier (Jura), fut, dès 1815, l’un des premiers lecteurs de Fourier* et l’un des premiers à s’intéresser à ses idées, mais avec moins d’ardeur et d’enthousiasme que son ami Muiron. Cousin-germain de la mère de Victor Considerant*, il accueillit celui-ci à Rotalier en 1825, après l’incendie du 25 juillet qui vit disparaître les deux-tiers de Salins dont la maison natale de Considerant. Le 10 septembre, Muiron, qui séjournait aussi à Rotalier, écrivit à Fourier : « Il y a ici un jeune homme de 17 ans, parent de Gréa qui se faisait une grande joie de vous voir parce qu’il s’enthousiasme de vos découvertes. » Il s’agit, bien sûr de Considerant, déjà converti par Clarisse Vigoureux.
En septembre-octobre 1825, Fourier séjourna en personne à Rotalier, invité par Gréa pour y rédiger son nouvel ouvrage, Le Nouveau monde industriel et sociétaire. Mais, jaloux de son indépendance, Fourier abrégera son séjour, tout en restant en bons termes avec Gréa.
Celui-ci fut élu député de Besançon le 26 décembre 1828, en remplacement du maître de forges Emmanuel Jobez (dont il avait épousé la nièce, Claudine Monnier), décédé accidentellement. Il siégea comme opposant constitutionnel et demeura député du Doubs jusqu’au 21 juin 1834. Entre-temps, il avait accepté en juin 1832 d’être, avec Baudet-Dulary, député de Seine-et-Oise, l’un des deux gérants du Phalanstère, dont les syndics sont Fourier, Muiron et Clarisse Vigoureux*, représentée par son fils Paul Vigoureux*. C’était un ami de Dupont de l’Eure, mais il était d’opinions beaucoup plus modérées. Mais un mois plus tard, il se rétracte et se fait remplacer par le maître de forges Auguste Bouchot*. Il est cependant, en 1837 avec Charles-Ambroise Roy*, Félix Tourangin*, l’architecte Martin* et l’imprimeur Sainte-Agathe*, l’un des Bisontins qui, à l’appel de Muiron se réunirent pour constituer une rente à Charles Fourier.
Le 23 avril 1848, il devint représentant du Jura, septième sur les huit du département, avec 32 134 voix sur 74 115 votants. Il siégea à droite et ne fut pas réélu à la Législative. Il se rallia à l’Empire. Voir Muiron Just*, Reverchon Jean, Joseph*

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article31979, notice GRÉA Adrien [GRÉA Désiré, Adrien] par Notice revue et complétée par Jean-Claude Dubos, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 28 décembre 2012.

Par Notice revue et complétée par Jean-Claude Dubos

SOURCES : Arch. Nat., 10 AS 25 (2) et (3), ?? (7) et 38 (14) ; lettres de Fourier à Gréa (coll. H. de Boissieu) ; Lettres de Gréa à Fourier et à Considerant. — Bibl. Mun. de Besançon, Lettres inédites de Muiron à Clarisse Vigoureux. — Robert, Bourloton et Cougny, Dictionnaire des Parlementaires français. — Jonathan Beecher, Fourier. Le visionnaire et son monde, Paris, Fayard, 1993. — « Aux marges du fouriérisme. Éléments pour une biographie de Désiré-Adrien Gréa », Cahiers Charles Fourier, n° 23, 2012.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément