FOUET Paul, Jean

Né vers 1806 à Lisbonne (Portugal) ; commissionnaire en marchandises ou commis négociant.

Demeurant 1, rue du Coq-Héron à Paris (IIIe arr., maintenant Ier), Fouet était membre de la Société des Droits de l’Homme, chef de la section de « l’abolition des impôts indirects ». Il fut arrêté dès le 13 ou 14 avril 1834, porteur de cartouches. Un des évadés de Sainte-Pélagie du 12 juillet 1835, il fut condamné par contumace le 23 Janvier 1836 à 15 ans de détention et à la surveillance à vie. Il se réfugia à Londres où il participa à la fondation de la Société Démocratique Française. Bien qu’en principe, comme contumax, il ne pût bénéficier de l’amnistie de 1837, il obtint peut-être un régime particulier car il était signalé en 1839 à la police du Havre comme porteur de lettres adressées aux réfugiés politiques à Londres par les « anarchistes » de Paris. À moins qu’il ait effectué des voyages clandestinement.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article31096, notice FOUET Paul, Jean , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 19 septembre 2016.

SOURCE : Cour des pairs, Affaire du mois d’avril 1834. Rapport fait à la Cour des pairs par M. Girod (de l’Ain), Imprimerie royale, Paris, 1834-1836. — Tableau synoptique des accusés d’avril jugés par la cour des pairs établi par Marc Caussidière, Lyon, imprimerie de Boursy fils, 1837, Arch. Nat. BB 30/294, Bibl. Nat. in-4° Lb 51/24984. — Arch. Mun. Le Havre, J 2/2, liasse 9. — Cour des pairs. Procès politiques, 1830-1835, Inventaire dressé par J. Charon-Bordas, Paris, Archives Nationales, 1983, CC 591 D 1 n° 188. — Note de J. Grandjonc et R. Shapira.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément