FAITOT Jean

Né en 1802 à Villotte-Sainte-Seine (Côte-d’Or). Vagabond, il fut condamné, en mars 1852, par la commission mixte départementale de la Haute-Marne, à la déportation à Cayenne. Il avait subi antérieurement douze condamnations pour vagabondage et rupture de ban. Il aurait proclamé, d’après un rapport de police, qu’il était « un Franc-Rouge, que si les affaires avaient bien tourné, les riches n’auraient plus rien sous le soleil » et que « les curés sont des brigands ». Il aurait ajouté qu’il souhaitait une nouvelle révolution pour écraser tous les fonctionnaires, notamment le juge de paix qu’il taxait de malhonnêteté. Voir Arnaud François*

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article30747, notice FAITOT Jean, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : Arch. Dép. Haute-Marne, 91 M 1.

Version imprimable Signaler un complément