ESTIEUX Antoine

Né à Sainte-Anastasie (Cantal) le 25 février 1810. Successivement instituteur à Brussieu (Rhône) au début des années 1840, puis courtier d’assurances, il se porta candidat à la députation, en 1848, sous l’étiquette socialiste ; il était plus particulièrement appuyé par le club démocratique de L’Arbresle (Rhône).
En 1849, il s’installa de nouveau comme instituteur à Souzy (Rhône) où il diffusa les doctrines socialistes et rédigea une brochure réformiste modérée, Le terme moyen républicain ou plan général de ce que doit être la République de 1848, Lyon, L. Perrin, 1848, 38 pages, et un Projet d’association libre et volontaire.
Au moment du coup d’État, il parcourut le département du Rhône et sembla vouloir appeler à la résistance. Mais il fut arrêté et inculpé d’offense envers le président de la République et de provocations à la révolte.
Complètement abattu par son arrestation, il renia ses convictions. Il fut alors relâché.
Pour la résistance au coup d’État dans le Rhône, voir : Léculier Pierre*

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article30687, notice ESTIEUX Antoine , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 17 janvier 2018.

SOURCE : Arch. Mun. Lyon, I 2/52, dossiers particuliers.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément