ESQUINE Louis, Justin, Aimable, Alfred

Né à Toulon (Var) le 7 septembre 1835. Ouvrier boulanger, son père était maître canonnier. Lors de la grève des ouvriers boulangers de La Seyne (août 1854), un Louis Esquine, âgé de 19 ans, déclara le 20 août, à ses camarades assemblés, que celui qui travaillerait à moins de 2 francs la fournée « serait rossé et aurait du mauvais temps ». Voir Ettore Pierre-Victor*.
En 1863, Esquine était ouvrier boulanger à Toulon. Le 30 juillet, 50 ouvriers se réunirent « pour s’entendre et délibérer sur la création d’un cercle dont le seul but est le placement des ouvriers des uns aux autres pour se procurer du travail ». Esquine fut l’un des deux signataires du procès-verbal adressé au maire. Le 13 août, 80 ouvriers se rassemblèrent pour « former le conseil du Cercle des Enfants de Saint-Honoré » : d’après le règlement, c’était essentiellement un organisme de placement et une association amicale.
Arrêté lors du conflit de septembre 1863, il nia avoir incité ou même participé à la grève ; il reconnut seulement avoir fait partie, avec une centaine de ses camarades, de la délégation qui s’était rendue le 21 chez le maire de Toulon. Il fut acquitté. Voir Gazan Ambroise*.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article30681, notice ESQUINE Louis, Justin, Aimable, Alfred, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : Arch. Dép. Var, 9 U 15/3.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément