ESPINOUSE Jean, Léger ou ESPINOUSSE Jean, Léger

Par J. Risacher

Né vers 1818, à Mussidan (Dordogne), tailleur, demeurant 245, rue St- Honoré (Ier arr., ancien et actuel). Membre de la Société des Saisons, il participa aux journées insurrectionnelles de mai 1839. Arrêté, il fut écroué à La Force le 10 juin 1839 et condamné par la Cour des pairs au procès de la 2e catégorie des accusés, le 31 janvier 1840, à 7 ans de détention et à la surveillance perpétuelle. Incarcéré à à la citadelle de Doullens le 4 février 1840), pour la direction de la prison, il passait pour une « mauvaise tête qui jusqu’ici s’est bien conduit, il lui en faudrait peu pour lui monter l’imagination, et lui faire faire des sottises. La république est son idole et il y sacrifierait tout ce qu’il possède, sans trop savoir pourquoi. C’est chez lui une frénésie » (19 mai). Il fit partie des 17 évadés du 13 septembre, mais n’en fut pas puni, et il signa la pétition pour Lombard*. Il ne bénéficia pas des remises de peine de 1844.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article30675, notice ESPINOUSE Jean, Léger ou ESPINOUSSE Jean, Léger par J. Risacher , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

Par J. Risacher

SOURCES : Arch. Dép. Paris (Seine), registres d’écrou DY4 47-4553. — Arch. Dép. Somme, série Yb 15. — Cour des pairs. Procès politiques, 1835-1848, Inventaire dressé par J. Charon-Bordas, Paris, Archives Nationales, 1984, CC 725 ; 730 n° 470.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément