ESPAGNE Jean-Baptiste, Paul, Émile

Né à Reims (Marne) le 19 février 1795, mort à Mey (Moselle) le 16 octobre 1855. Officier, propriétaire foncier et homme politique républicain.

Second fils du général comte Espagne tué sur le champ de bataille d’Eylau en février 1807, il donna sa démission de l’armée en 1815. Lieutenant de vingt ans, il devint propriétaire foncier, et les opinions politiques qu’il exprima durant la période de la Restauration le placèrent à l’extrême pointe du libéralisme mosellan.
Opposant radical, de nuance difficile à préciser, sous la monarchie de Juillet, Espagne fut élu comme républicain de la veille, le 23 avril 1848, représentant de la Moselle à l’Assemblée constituante. Il y fit figure tantôt de républicain modéré, tantôt de démocrate socialiste. Il vota par exemple contre les poursuites relatives à Louis Blanc et à Caussidière, tout en approuvant Cavaignac. Après l’élection de Louis Napoléon à la présidence de la République, il s’associa bien davantage à la Montagne. C’est ainsi qu’il se prononça en 1849 pour l’amnistie, pour la mise en liberté des transportés de Juin, contre l’interdiction des clubs, contre le renvoi des accusés du 15 mai devant la Haute Cour de Bourges. Sa carrière politique se termina avec l’Assemblée constituante.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article30669, notice ESPAGNE Jean-Baptiste, Paul, Émile, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 17 mai 2018.

SOURCES : Arch. Mun. Metz, 1 K 104 (élections de 1848). — Robert, Bourloton et Cougny, Dictionnaire des Parlementaires français. — Henry Contamine, Metz et la Moselle de 1814 à 1870, Nancy, 1932, t. I, p. 416.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément