EISERMANN Auguste, Guillaume (écrit aussi EYZERMANN Auguste, Guillaume)

Par J. Grandjonc

Né vers 1800, à Brunswick (Allemagne), mort vers 1856 à New-York ; artisan allemand, fixé à Paris vers 1830 ; proche de Proudhon et opposé à la propagande menée par Engels.

cet Allemand, ouvrier ébéniste sur piano, était à Paris, au faubourg Saint-Antoine, dès les années trente : on trouve sa trace en 1835 lors d’une collecte pour les détenus d’Avril. Il fut ensuite condamné le 11 avril 1836, en première instance, pour détention illégale de munitions et d’armes de guerre à 1 mois de prison. Prévenu supplémentaire pour détention d’armes et munitions au procès des poudres d’août 1836, il fut condamné à un mois confirmé en appel et écroué à Sainte-Pélagie du 18 novembre au 17 décembre 1836. On retrouve encore sa trace en 1839 dans les papiers saisis chez Blanqui*. Sans doute membre de la Ligue allemande des Bannis (Bund der Geächteten) et assurément de la Ligue des Justes (Bund der Gerechten), il devint vers 1845 un fidèle de Karl Grün* puis de Pierre-Joseph. Proudhon*. Il fit partie du petit groupe d’artisans qui s’opposa en 1846-1847 à l’activité propagandiste d’Engels parmi les ouvriers allemands de Paris. Dans le conflit qui opposa Proudhon, Système des contradictions économiques. Philosophie de la misère (1846) à Karl Marx*, Misère de la philosophie (1847), il prit le parti du premier, insistant à plusieurs reprises auprès de Proudhon pour qu’il publie une réplique. En 1848, il fut employé à la « Librairie de la Propagande démocratique et sociale », 1, rue des Bons Enfants ( Voir Jules Ballard*). Après la révolution, il émigra aux États-Unis et mourut à New York vers 1856.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article30623, notice EISERMANN Auguste, Guillaume (écrit aussi EYZERMANN Auguste, Guillaume) par J. Grandjonc, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

Par J. Grandjonc

SOURCES : Le Réformateur, 28 mai 1835, n° 231, p. 4. — Arch. Nat., CC 728, pièce 64. — Arch ; Dép. Paris (Seine), registres d’écrou DY 8/10-3263 — Arch. Mun., Besançon, Fonds Proudhon (P. 47 et 58, Correspondance).— Correspondance Marx-Engels in MEGA/2, III/2. — P. Haubtmann, Proudhon, Marx et la pensée allemande, Grenoble, 1981. — P. Haubtmann, Proudhon, Paris, 1982. — Note de J. Risacher.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément