DOGNON Jacques

Né le 13 mars 1800. Marié, père de deux enfants. Carrier à Sainte-Même-les-Carrières (Charente). Il fut condamné, le 21 juin 1856, par le tribunal de Cognac à un an de prison, cent francs d’amende et cinq ans d’interdiction des droits civiques, pour affiliation à la société secrète la Militante et au groupe de Cognac. Au cours du procès, l’accusation signala « qu’à toutes les époques on le trouvait toujours à la tête des hommes de désordre ; qu’en 1831, il faisait partie d’une bande se proposant le pillage et la dévastation ; que depuis 1851 il se montrait un agent infatigable de la propagande révolutionnaire ».
Voir Malarte A.*, et pour le groupe de Cognac de la Militante : Audouin A.*, Barbin L.*, Boucq L.-N.*, Camus J.*, Chaillot J.*, Comte J.*, Crebel F.*, Cruon E.*, Deloup F.*, Duveau J.*, Ferrand L.-E.*, Fleurimon A.*, Fureau A.*, Girard M.*, Griffon F.*, Guillauteau A.*, Hermange L.*, Latour F.*, Lemesle J.*, Mallet Pierre*, Mallet Pierre, dit Bertrand*, Mancop F.*, Mansfray A.*, Marbœuf G.*, Mareste J.*, Oulivet H.*, Pitet J.*, Richard J.-M.*, Rochon G.*, Rochon R.*, Rousseau J.*, Savard J.-B.*, Sébillaud L.*, Tachet L.*, Thomas J.*, Train J.-B.*

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article30077, notice DOGNON Jacques, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCES : Arch. Dép. Charente, M 646 ; Registre du tribunal correctionnel de Cognac de 1856.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément