DIAMANT Théodore

Il distribuait gratis chez lui, 18, rue des Mathurins-Saint-Jacques, tous les jours de midi à quatre heures du soir, une brochure datée de Paris, 25 avril 1833 : Aux amis de la liberté, de la justice et de l’ordre, sur un moyen de faire cesser le débat entre ceux qui ont et ceux qui n’ont pas.
« Depuis les événements de Lyon, les opinions, malgré leur anarchie, sont unanimes sur ce point : que le débat est désormais entre ceux qui ont et ceux qui n’ont pas [...] Or, s’il n’est pas juste que le riche soit dépouillé, il ne l’est pas non plus que les classes inférieures restent dans le dénuement. Elles ont droit à un minimum décent d’existence (nourriture, logement, habitation) et à un travail qui ne soit point nuisible à leur santé. Montesquieu, la Convention et Napoléon ont reconnu que la société le devait à tous ses membres... »
Diamant proposait ensuite l’ordre sociétaire et citait Fourier.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article30031, notice DIAMANT Théodore, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : La brochure citée ci-dessus, in-8°, 8 pp. (Bibl. Nat., Rp/1116).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément