DAVID de THIAIS Henri, Stanislas

Né vers 1805 à Paris ; avocat, membre de la Société des Amis du Peuple, socialiste.

David de Thiais fut arrêté le 1er juin 1832, rue Saint-André-des-Arts, avec les membres de la Société des Amis du Peuple. Qualifié d’homme de lettres, il fut parmi les défenseurs des accusés d’avril, demeurant 11, rue des Dames des Victoires (IIIe arr., maintenant IIe), et, appelé au procès des défenseurs, comparut aux audiences du 29 au 31 mai 1835, où il maintint son refus de répondre à la question de savoir s’il avait publié ou signé la « protestation » et la « Lettre aux accusés d’avril ». Pour cette fermeté, il fut condamné le 4 juin 1835 à 1 mois de prison et 200 F d’amende. Entré le 22 juin à Sainte-Pélagie en sort le 21 juillet.
Même s’il est peu probable qu’il s’agisse de la même personne, puisqu’il semble qu’il était à Paris à cette période, il est intéressant de noter que Gabriel Perreux cite un David, qui s’appuyant sur L’Écho du Peuple, avait fondé avant 1834 une section de la Société Aide toi le ciel t’aidera à Poitiers (Vienne), où David de Thiais se trouvait en 1848. (L’Écho du Peuple, 1er février 1834 et Le National du 19 février 1834).
Toujours qualifié d’homme de lettres, il demeurait en effet à Poitiers (Vienne), rue des Grandes-Écoles. Marié, père d’un enfant, il fut sous-commissaire du gouvernement provisoire en 1848 dans les Basses-Alpes, ex-secrétaire de mairie, qualifié en 1858 de républicain modéré, ce qui ne l’empêchait pas de figurer sur une liste d’individus soumis à surveillance, sans doute parce qu’il avait été en 1848 un des chefs du parti socialiste dans la Vienne après son retour des Basses-Alpes.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article29526, notice DAVID de THIAIS Henri, Stanislas , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : Arch. Dép. Paris (Seine), registres d’écrou DY 8/8-1916. — Arch. Dép. Vienne, M 4/69. — Louis Blanc, Histoire de Dix ans (1830-1840), Paris, Pagnerre, 1841-1844, 5 vol., diverses rééditions, 1846 à 1877. — Gabriel Perreux, Au temps des sociétés secrètes. La propagande républicaine au début de la monarchie de Juillet, Paris, Hachette, 1931. — Note de J. Risacher.

Version imprimable Signaler un complément