DAVID Pierre, Jean, dit DAVID d’Angers

Né le 12 mars 1789 à Angers (Maine-et-Loire), mort le 5 janvier 1856 à Paris. Démocrate de tradition jacobine. Représentant montagnard de Maine-et-Loire à la Constituante de 1848.

David d’Angers était le fils d’un sculpteur sur bois. Il connut des débuts difficiles et fut accueilli gratuitement dans l’atelier de son homonyme le peintre David, eu égard aux dons qu’il manifestait. Il devint ensuite boursier de la ville d’Angers et prix de Rome en 1816. Statuaire, une sculpture du Grand Condé le rendit célèbre cette même année. Auteur de multiples médaillons de grands hommes moulés dans le bronze, parmi lesquels Saint-Just, David d’Angers entra à l’Institut dès 1826. À partir de 1831, professeur à l’école de peinture, il se consacra au fronton du Panthéon, sans négliger les médaillons. On ne connaît guère son activité politique dans les années trente. L’on sait cependant qu’il accueillit Auguste Blanqui* lorsque ce dernier échappa aux recherches de la police après les journées insurrectionnelles des 12 et 13 mai 1839 et qu’il profita de cette présence pour faire un portrait de son hôte de passage.
Élu à la Constituante, huitième sur treize, par le département de Maine-et-Loire, le 23 avril 1848, avec 72 597 voix, il siégea à gauche, vota pour l’ordre du jour de félicitations au général Cavaignac, mais aussi pour le droit au travail. Il ne fut pas réélu à la Législative. Il adhéra néanmoins au programme montagnard contenu dans l’Adresse au Peuple.
Voir Madet Ch.*

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article29523, notice DAVID Pierre, Jean, dit DAVID d'Angers , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 5 septembre 2016.

SOURCES : Robert, Bourloton et Cougny, Dictionnaire des Parlementaires français. — L.-A. Blanqui, œuvres I. Des origines à la Révolution de 1848, textes présentés par D. Le Nuz, Nancy, Presses Universitaires, 1993. — Note de J. Risacher.

Version imprimable Signaler un complément