DAIN Charles

Né le 29 août 1812 au Gommier (Guadeloupe), mort le 31 janvier 1871 à Bordeaux (Gironde) ; avocat ; représentant de la Guadeloupe à la Constituante de 1848.

<em>Les Républicains de la Montagne de 1848</em>, lithographie, Paris, Chez A. Bes et F. Dubreuil, impr. édit.
Les Républicains de la Montagne de 1848, lithographie, Paris, Chez A. Bes et F. Dubreuil, impr. édit.

Dain fit des études de droit en France après avoir été élève au lycée Louis-le-Grand et s’inscrivit au barreau de Paris. Il semble avoir été d’abord sensible au babouvisme et se montra proche de Buonarroti* et du Blanqui* du Libérateur, puis se lia avec Fourier* et Considerant* et adopta les doctrines phalanstériennes. Il écrivit en 1836 une brochure, De l’abolition de l’esclavage, que suivait un court chapitre de Fourier. Cette même année, Dain intervint au Congrès historique international qui se tint à l’Hôtel de Ville de Paris sous la présidence de Buchez, dont le renom d’historien était alors à son maximum. Dain exposa Quel est le but de l’histoire ou solution du problème social par l’histoire, dans un esprit très proche de Buchez.

Il devint ensuite un des adversaires les plus violents du néo-catholicisme de Buchez et Roux. Il publia plusieurs écrits philosophiques et politiques, notamment dans la Démocratie pacifique, où il mena campagne en faveur de l’abolition de l’esclavage, à laquelle il consacra son activité. Il défendit Blanqui au procès de Blois en avril 1847.

Élu, le 21 août 1848, troisième et dernier député de la Guadeloupe à la Constituante, et admis le 20 octobre, il se prononça avec l’extrême gauche contre l’expédition de Rome, pour l’amnistie générale, pour la mise en accusation du prince-président et de ses ministres.

Il ne fut pas réélu à la Guadeloupe en 1849, mais par contre passa en Saône-et-Loire le cinquième sur six aux élections complémentaires du 10 mai 1850 avec 61 285 voix sur 105 573 votants et 157 148 inscrits. Les six représentants de la Saône-et-Loire ayant été invalidés, Dain bénéficia d’un supplément de suffrages lors de la nouvelle consultation : 70 003 voix, sur 120 162 votants et 154 015 inscrits, sans changer de rang parmi les représentants.

Montagnard durant la fin de la Législative, adversaire du coup d’État, Dain se réconcilia vite avec l’Empire qu’il servit comme conseiller à la Cour d’appel de la Guadeloupe.

Sans doute sa présence à Bordeaux en février 1871 s’explique-t-elle par son désir de recommencer une carrière politique, après avoir réglé les difficultés que son attitude comme magistrat de Napoléon III pouvait lui avoir value.
Il fut nommé procureur général à Saïgon en date du 22 janvier 1870.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article29373, notice DAIN Charles , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 17 mai 2018.
<em>Les Républicains de la Montagne de 1848</em>, lithographie, Paris, Chez A. Bes et F. Dubreuil, impr. édit.
Les Républicains de la Montagne de 1848, lithographie, Paris, Chez A. Bes et F. Dubreuil, impr. édit.

SOURCES : Trois discours prononcés à l’Hôtel de Ville, faisant complément à la publication du Congrès historique, Paris, P.-H. Krabbe, 1836, in-8°, 191 pages. — Robert, Bourloton et Cougny, Dictionnaire des Parlementaires français. — L.-A. Blanqui, œuvres I. Des origines à la Révolution de 1848, textes présentés par D. Le Nuz, Nancy, Presses Universitaires, 1993. — « De la biographie des fouriéristes à l’histoire du fouriérisme : Charles Dain et le travail de propagation », par Michel Cordillot, Cahiers Charles Fourier, n° 23, 2012 (avec une photo reproduite dans cette notice). — Base de données des magistrats. — Robert, Bourloton et Cougny, Dictionnaire des Parlementaires français. — L.-A. Blanqui, œuvres I. Des origines à la Révolution de 1848, textes présentés par D. Le Nuz, Nancy, Presses Universitaires, 1993. — Nicole Imbert, Yvon Le Villain, Sainte-Croix Lacour, Charles Dain, représentant de la Guadeloupe à la Constituante (1848), Génésis-Guadeloupe, n° 16, janvier-février 2003. — Note de Jean Risacher et Pierre Baudrier.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément