CROUTELLE, dit Croutelle-Neveu

Propriétaire d’une importante manufacture de tissage de laine à Reims (Marne), dans le faubourg Fléchambault, sous la monarchie de Juillet.

Il fut, en 1834, un des membres de la société en nom collectif qui créa le journal L’Industriel de la Champagne, paru à partir de janvier 1835, et appartint au conseil d’administration de ce périodique. On y demandait l’abaissement du cens électoral, mais surtout des réformes sociales immédiates ; si elle désirait l’ouverture du droit de suffrage à des listes plus larges de « capacités », n’ayant pas le cens requis mais justifiant d’une culture intellectuelle ou d’une aptitude proprement politique, la rédaction voulait aussi et surtout « subordonner les questions si irritantes des formes gouvernementales aux questions sociales et économiques ». En fait, elle soutint à plusieurs reprises les demandes d’augmentation de salaire. Croutelle présida, en 1845, le banquet offert à Victor Considerant et y prononça un toast remarqué « à l’amélioration immédiate des classes ouvrières », dans lequel il réclamait l’ouverture de salles d’asile, de centres d’apprentissage, la création d’assurances mutuelles généralisées en cas de maladie, assorties de retraites aux vieux travailleurs des deux sexes « à l’aide du puissant levier de l’association et avec le concours de l’État ».
Il ne tenait pas, cependant, aux réformes politiques et ne semble pas avoir pris part à la campagne des Banquets. Il est possible que l’intérêt qu’il portait aux réformes inspirées par la doctrine de Fourier ait été pour lui un moyen d’orienter les ouvriers vers des solutions moins dangereuses à ses yeux que le communisme de Cabet.
Il faut en tout cas constater que les ateliers de ce patron novateur furent incendiés après la révolution de Février par des ouvriers mécontents de voir qu’on y utilisait trop de machines modernes.
Pour le fouriérisme à Reims et dans la Marne, voir : Bureau Allyre*, Courmeaux Eugène*, Cusançon E.*, Devaux*, Divaux*, Génicot Pierre*, Lejeune Alfred*

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article29309, notice CROUTELLE, dit Croutelle-Neveu , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : Boussinesq et Laurent, Histoire de Reims depuis les origines jusqu’à nos jours, Reims, 1933, t. II, 2e partie, pp. 515 et sq.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément