COQUET Jules, Isidore

Né à Ancey (Côte-d’Or) en 1806. Mort à Dijon le 18 avril 1873. Clerc de notaire à Dijon et l’un des chefs du parti républicain au début de la monarchie de Juillet. Il fut ensuite notaire à Malain (Côte-d’Or), puis conseiller de préfecture en 1848, et secrétaire du député démocrate-socialiste James Demontry en 1849. Il faisait à Dijon une active propagande : conférences en patois bourguignon, articles en patois publiés par le journal montagnard Le Citoyen (contre la candidature de Louis-Napoléon et en faveur de Ledru-Rollin, etc...) Il publia l’Armona bourguignon po 1850 (Almanach bourguignon pour 1850) et écrivit aussi dans les journaux montagnards Le Travail et Le Peuple. Dans un rapport du 12 janvier 1852, le procureur de la République lui reprochait notamment de parcourir " les campagnes pour exciter les paysans à la révolte " et d’être " influent sur les masses du parti socialiste ". Le 6 décembre 1851, il se rendait à Beaune et à Nuits pour y transmettre un appel à l’insurrection. Condamné par la Commission mixte à la déportation en Algérie, il put s’enfuir avant d’être arrêté. Voir Lambert Jean-Baptiste*

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article29054, notice COQUET Jules, Isidore, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCES : Arch. Nat., BB 30/400. — Notice nécrologique dans le Progrès de la Côte-d’Or, 28 avril 1873. — Note de Pierre Levêque.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément