DECK Lucien, Jules, Victor

Par Didier Bigorgne

Né le 1er juin 1890 à Mohon (Ardennes), mort le 25 février 1980 à Charleville-Mézières (Ardennes) ; peintre au dépôt de Mohon ; secrétaire du syndicat CGT des cheminots des Ardennes de 1931 à 1939.

Fils de Jean Louis Jules Deck, visiteur, et de Marie Zoé Augentz, couturière, Lucien Deck exerça la profession de peintre au dépôt de Mohon de la Compagnie des chemins de fer de l’Est, puis de la SNCF. Le 17 juin 1914, il épousa Aurélie Thérèse Geoffroy, sans profession, dans le village de Logny-Bogny (Ardennes). Le couple s’installa à Mohon.
Lucien Deck fut une figure marquante du syndicalisme cheminot dans l’entre-deux-guerres. En 1930, il devint secrétaire du syndicat CGT des cheminots de Mohon. En 1931, il fut élu secrétaire du syndicat confédéré des cheminots des Ardennes. A ce titre, il participa aux congrès nationaux de la CGT qui se déroulèrent à Paris, au 21e du 15 au 18 septembre 1931, au 22e du 26 au 29 septembre 1933 et au 23e du 24 au 27 septembre 1935.
Au début de l’année 1935, Deck œuvra à la réunification syndicale en réalisant l’union à la base avec le syndicat CGTU chez les cheminots de Mohon. Malgré la menace d’exclusion de la CGT du nouveau syndicat brandie par le congrès départemental du 7 avril 1935, il persista dans la défense de l’unité quitte à ce que la masse entrât en lutte contre les dirigeants. À la veille du 14 juillet 1935, il fit savoir à la municipalité de Mohon que le syndicat CGT n’assisterait pas aux cérémonies de la fête nationale sous prétexte qu’elles avaient une allure trop fasciste pour le drapeau rouge de la CGT.
Du 2 au 5 mars 1936, Deck assista à Toulouse au 24e congrès national de la CGT qui scella la réunification syndicale. À son retour dans les Ardennes, il fut naturellement élu secrétaire du syndicat CGT des cheminots des Ardennes. Il devint aussi membre de la commission exécutive de l’Union départementale CGT.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, Lucien Deck combattit les nazis dans le mouvement de résistance Libération-Nord au côté des leaders syndicaux, Camille Génon, secrétaire général de l’Union des syndicats et Armand Malaise, secrétaire général de la section des Ardennes du Syndicat national des Instituteurs.
À la Libération, Lucien Deck reprit son activité syndicale. Il siégea de nouveau à la commission exécutive de l’UD-CGT d’octobre 1944 au 18 mai 1947.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article2874, notice DECK Lucien, Jules, Victor par Didier Bigorgne, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 10 mai 2017.

Par Didier Bigorgne

SOURCES : Arch. Dép. Ardennes 1 M 38. — Congrès de l’UD-CGT des Ardennes. — Annuaire des Ardennes, 1930 et 1931. — État civil de Charleville-Mézières et de Logny-Bogny.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément