CHAUVEAU Émile [CHAVEAU]

Né à Lille (Nord), le 5 ou le 15 novembre 1817, mort en cette ville, le 1er décembre 1860.

Ouvrier chaudronnier, il était le fils d’un cabaretier médaillé de Sainte-Hélène, demeurant, 29, Grand-Place, à Lille. Un rapport du commissaire de police de Lille, du 29 septembre 1855, le dépeint comme « un démocrate exalté, un homme d’énergie et d’exécution, l’ami, le confident des Bianchi, des Testelin et chargé par eux de l’exécution des projets de soulèvements conçus par eux en 1848 et années suivantes. »
Le 7 juin 1848, il avait été condamné à quinze jours d’emprisonnement pour détention et distribution de cartouches. Il fut, après le coup d’État, placé sous surveillance pour avoir « fait partie de toutes les réunions anarchiques, notamment de celles qui, lors des événements de décembre, avaient pour but l’insurrection et dans lesquelles il a joué un rôle ardent ». Il avait probablement adhéré à la société coopérative « L’Humanité », dissoute après le coup d’État.
Le 23 juin 1856, il fut provisoirement affranchi de surveillance, mais l’attentat d’Orsini lui valut un nouvel emprisonnement (janvier 1858) et un internement en Algérie. Gracié, il rentra à Lille en octobre 1858. Voir Lebrun Auguste*.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article28592, notice CHAUVEAU Émile [CHAVEAU], version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 2 février 2017.

SOURCE : Arch. Dép. Nord, M 140/26, M 140/34, M 141/76 et A.-M. Gossez, Le département du Nord sous la Deuxième République. Lille, 1904, p. 384. — Le Constitutionnel, 20 mai 1848, p. 2, 5e col.

Version imprimable Signaler un complément