CHARPENTIER Ulysse

Jeune avocat poitevin, il vivait à Boussac (Creuse), à la fin de la monarchie de Juillet, quand Pierre Leroux y publiait L’Éclaireur de l’Indre.
Il professait pour le philosophe mystique un respect sacré. C’était pour vivre à ses côtés qu’il apprenait à composer et à imprimer. Il faisait partie de la colonie socialiste de Boussac, que le succès de Pierre Leroux à la Constituante de 1848 commença de disperser.
C’est certainement le même homme que Charpentier Ulysse, né en 1821, propriétaire dans l’arrondissement de Montmorillon (Vienne) en 1858. Il avait rédigé, dit-on, antérieurement, un journal à Châteauroux (Indre). Retiré à la campagne, il semblait bien ne plus s’occuper de politique. Mais le préfet de la Vienne décida, le 2 mars 1858, de le faire surveiller, parce que cet homme fortuné « pourrait exercer une influence fâcheuse sur les paysans ». Voir Yvernaud*.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article28517, notice CHARPENTIER Ulysse, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : Arch. Dép. Vienne, M 4/69.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément