CAYLA Jean-Mamert.

Par François Gaudin

Né en 1812 au Vigan (Gard), mort en 1877, publiciste engagé.

Jean-Mamert Cayla fit ses débuts littéraires dans Le Gascon et Le Patriote, à Toulouse, en 1830 ; puis écrivit dans La Revue du Midi. Il fonda ensuite, en 1836, ou 1838, la Chronique du Midi, puis, l’année suivante, avec plus de succès, La Mosaïque du Midi, une publication mensuelle traitant des sujets les plus divers, où écrivirent notamment Eugène Pelletan et Joanne, qui parut au moins jusqu’en 1841. De 1837 à 1843, il participa à L’Emancipation. Journal des idées et des intérêts du Midi, organe républicain de Toulouse, lancé par J.-B. Paya.
Avec Perrin-Paviot, il donna en 1839 une Histoire de Toulouse.... En association avec Paul Cléobule, il publia L’Artiste méridional, un hebdomadaire publié à Toulouse, des Œuvres complètes de Godolin et une Toulouse monumentale et pittoresque. Il collabora ensuite à la Guyenne historique et monumentale (1843-44).
Il quitta la ville rose, « forteresse républicaine », pour monter à Paris en 1846. Là, il collabora à La Réforme, à L’Esprit public, à La République, puis, après le coup d’État deux décembre 1851, au Siècle, à l’Estafette, à L’Echo du commerce et au Le Messager de Paris... Il écrivit ensuite dans le National. Ami de Melvil-Bloncourt et de Jules Levallois, il travailla, en 1853, pour Maurice Lachâtre, traduisant La Case de l’oncle Tom et L’Esclave blanc, et rédigeant une très méconnue Histoire des Arts et Métiers et des Corporations ouvrières qui fut insérée dans une réédition de l’Histoire de Paris de Dulaure. À la même époque, il donna à Hyppolyte Boisgard plusieurs ouvrages, dont une Histoire des Invalides (1852), une histoire des Célébrités européennes (1854) et une Constantinople ancienne et moderne (1855).
Anticlérical, « prêtrophobe, prêtrophage », dit Jules Levallois, il commença une carrière de littérateur anticlérical en 1860 avec Pape et empereur qui fut condamné par Rome, le 17 décembre 1860. La polémique qui entoure l’ouvrage lui valut une célébrité qu’il mit à profit pour publier une série de brochures dans la même veine. Après le rétablissement de la République, il collabora régulièrement à la « Bibliothèque démocratique » de Victor Poupin.
En 1877, année de son décès, il fit paraître Sur la destruction des Jésuites en France, de Jean Le Rond d’Alembert auquel il donna une introduction et un épilogue.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article28266, notice CAYLA Jean-Mamert. par François Gaudin, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 23 janvier 2019.

Par François Gaudin

Œuvres : Cayla J.-M. et Perrin-Paviot, Histoire de la ville de Toulouse depuis sa fondation jusqu’à nos jours, Toulouse, éd. Administration de l’histoire des villes du midi, 1839, 556 p. — Cayla J.-M. et Paul Cléobule, Toulouse monumentale et pittoresque, Toulouse, Lagarrigue, sd.,(vers 1842), VIII-254 p. — Cayla J.-M. et Paul Cléobule, L’Artiste méridional, histoire contemporaine et rétrospective de la littérature, des beaux-arts et de l’industrie, Toulouse, bureau de l’Artiste méridional, Delboy, 1843. — Goudelin, Pierre, Œuvres complètes, trad. Cayla, J.-M et Paul, Cl., Toulouse, Delboy, 1843, CXIX, 604, XLVII p. — Cayla J.-M., Histoire des Invalides, Paris, Boisgard, 1852, 112 p. — Histoire des Arts et Métiers et des corporations ouvrières de Paris, in Dulaure, J.-A., Histoire physique, civile et morale de Paris depuis les premiers temps historiques, adapté et continué jusqu’à nos jours par C. Leynadier, Paris, éd. Administration de librairie, 1853, 8 vol. — Hildreth, Richard, Les mystères de l’esclavage : l’esclavage blanc, trad. Cayla J.-M., Paris, éd. Administration de librairie, 1853. — Beecher Stowe, Harriet Elizabeth, Les Mystères de l’esclavage aux États-Unis. Les mystères de l’esclavage : l’esclavage noir ou La case de l’oncle Tom, trad. Cayla J.-M., Paris, éd. Administration de librairie, 1853,. — Cayla J.-M., Pacte de famine. Le monopole des grains, la guerre du pain et des farines sous Louis XV, cris populaires, Paris, Impr. de Walder, 1854. — Constantinople ancienne et moderne, Paris, Hyppolyte Boisgard, 1855. — Histoire des vaisseaux le Vengeur et la Belle-Poule, suivi de La Sémillante et le Henri IV, Paris, H. Boisgard, 1855, 48 p. —Le 89 du Clergé, Paris, E. Dentu, 1861. — Les prêtres à marier, Paris, E. Dentu, 1861. — Plus de question romaine. Appel au concile national, Paris, E. Dentu, 1861. — La France sans le pape, Paris, E. Dentu, 1861. — Alexandre Dumas, sl, 1862. — Le Nouveau pape, Paris, E. Dentu, 1862. — La Conspiration cléricale, Paris, Dentu, 1862, 32 p. — Ces bons Messieurs de St.-Vincent-de-Paul, Paris, Dentu, 1863, 32 p.
— Le Diable, sa grandeur et sa décadence, Paris, Dentu, 1864. — Le Congrès de Malines ou la conspiration jésuite, Paris, Dentu, 1864, 36 p. — L’Enfer démoli, Paris, Dentu, 1865. —Le Milliard des couvents, Paris, Dentu, 1865. — César Pontife, réponse à l’encyclique du 8 décembre, Paris, Dentu, 1865. — Guerre aux couvents. Suppression et expropriation des ordres dits religieux avec l’histoire de la nonne de Cracovie et autres séquestrations, Paris, Dentu, 1870. — La Boutique des papes ou taxes de la chancellerie romaine, Paris, E. Dentu, 1872, 156 p. — Histoire de la messe, introd. de Victor Poupin, Paris, Librairie de la Bibliothèque démocratique, 1874, 189 p. — La Fin du papisme, Paris, Librairie de la Bibliothèque démocratique, 1873, 191 p. — L’Expulsion des jésuites, Librairie de la Bibliothèque démocratique, 1876. — Alembert, Jean Le Rond d’. Sur la destruction des Jésuites en France, précédé d’une introduction et suivi d’un épilogue, par J. M. Cayla. Paris, 1877.

Sources : Arch. Dép. Savoie, Chambéry, Fonds Henri Brun, 84 F 22. — J. Balteau, M. Barroux, M. Prévost, R. d’Aman, T. de Morembert, Dictionnaire de Biographie française, Paris, Letouzey, 1933 sq. —F. Gaudin, Maurice Lachâtre (1814-1900) : portrait d’un éditeur et lexicographe socialiste, thèse de doctorat, Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 2004, 2 vol. — Jules Levallois, « Physionomies de la Bohème. Autour d’un Dictionnaire », XIX siècle, 7 février 1897, p. 3. — [Victor Poupin] (article non signé), J.-M. Cayla, dans Cayla J.-M., La Fin du papisme, Paris, Librairie de la Bibliothèque démocratique, 1873, p. V-VI.

Version imprimable Signaler un complément