CARBASSE Sébastien.

Par M. Cordillot

Né vers 1816 ou 1817, officier de santé marseillais. Sergent-fourrier dans une compagnie de la Garde nationale, il assista à certaines séances du club des Montagnards de Marseille (Bouches-du-Rhône) où il fut question des droits de l’homme et du projet formulé par Carbasse de publier un Catéchisme républicain rédigé par un médecin marseillais.
Carbasse participa fin mai ou début juin 1848 à la formation d’une compagnie irrégulière de tirailleurs fondée à l’initiative des Clubs populaires et placée sous le commandement de Joseph, Alexandre Perrin*. Lors des événements du 22 juin, il prit une part active à l’insurrection marseillaise et fut notamment accusé d’avoir tiré sur le général Ménard Saint-Martin.
Arrêté, il fut enfermé au château d’If. Jugé avec les insurgés marseillais par les Assises de la Drôme en août 1849, il fut condamné à la déportation. Il fut d’abord conduit à la Centrale de Riom, puis incarcéré le 4 octobre 1850 à Belle-Île-en-Mer (Morbihan).
Supportant mal son incarcération, Carbasse sollicita sa grâce auprès des directeurs des différentes prisons où il séjourna. Multipliant les gages de bonne volonté, il accepta finalement de servir d’informateur au directeur du pénitencier de Belle-Île. S’étant rapproché de Gambon* et de Barbès*, il accepta de participer au creusement d’un souterrain destiné à leur permettre de s’évader, pour mieux tenir l’administration au courant de la progression de leur projet. Le 7 mai 1854, le tunnel fut « découvert » et Gambon arrêté. Carbasse dénonça peut-être aussi Cazavan*, ami et complice de Blanqui*, qui avait de nouveau tenté de s’évader en perçant un tunnel à partir de sa cellule et dont il devint aussi l’ami.
En récompense, Carbasse bénéficia le 25 septembre 1854 d’une remise de peine, qui commuait en bannissement le temps de détention qui lui restait à purger.
Les trois points dont il orna sa signature dans sa lettre de remerciement au préfet laissent supposer qu’il était, tout comme ce dernier, affilié à une loge maçonnique.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article28078, notice CARBASSE Sébastien. par M. Cordillot, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

Par M. Cordillot

SOURCES : Cour d’Assises de la Drôme. Procès des accusés de juin de Marseille, Marseille, impr. nationale-association d’ouvriers, 1849. — Arch. Dép. Morbihan, série Y, écrou 46. — J.-Y. Mollier, « Belle-Île-en-Mer, prison politique », Maintien de l’ordre et polices en France et en Europe au XIXe siècle, Société d’Histoire de la Révolution de 1848 et des Révolutions du XIXe siècle, colloque de 1983, Paris, Créaphis, 1987.

fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément