CANARD Émile

Par A. Jeannet et P. Lévêque

Né en 1817 à Tournus (Saône-et-Loire). Docteur en médecine. Militant démocrate-socialiste sous la deuxième République.

Il était le fils du maire de Tournus, Claude Michel Canard, lui-même docteur en médecine, Strasbourg, 1812.. Étudiant en médecine à Paris, Émile Canard était membre de la Société des Familles animée par Blanqui* et Barbès*. Demeurant alors 54, rue Mazarine (Xe arr., maintenant VIe), il fut surpris en flagrant délit de fabrication de poudre, le 8 mars 1836, dans une maison isolée, 113, rue de Lourcine, dans le faubourg Saint-Marceau (XIIe arr., maintenant rue Léon Nordmann, XIIIe) et arrêté avec Beaufour*, Robier*, Lucas*, Robert* et Daviot*. Entré à Sainte-Pélagie le 11 mars, il fut inculpé de fabrication de poudre et de délit d’association au procès des poudres, jugé le 11 août 1836 en 1re instance, et fut condamné à 18 mois, 3 000 F d’amende et 2 ans de surveillance. Il n’a pas interjeté appel. Il quitta Sainte-Pélagie le 22 décembre 1836, fut conduit aux Messageries générales, rue Saint-Honoré d’où il partit en fiacre pour Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), où il fut emprisonné. Il fut sans doute amnistié en mai 1837. Docteur en médecine de l’université de Strasbourg (comme Palanchon*), en 1845, il fut président de la Société Démocratique du Progrès de Tournus dont voici le programme présenté le 21 mars 1848 par Canard lui-même : Égalité des cultes.- Éducation de la famille.— Instruction nationale, gratuite, obligatoire.— Protection aux sciences, aux lettres, aux arts.— Liberté de la presse ; plus de timbre, plus de cautionnement.— Amélioration du sort des classes ouvrières.— Association du capital, du travail et de l’intelligence.— Salaires suffisants.— Asiles.—Caisses de secours. Candidat aux élections d’avril 1848, il ne fut pas élu.
Il figura sur l’état nominatif des individus reconnus dangereux comme chefs du socialisme, classé en catégorie 3, à éloigner momentanément de France, par la Commission mixte de Saône-et-Loire, le 9 février 1852.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article28023, notice CANARD Émile par A. Jeannet et P. Lévêque, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 24 septembre 2018.

Par A. Jeannet et P. Lévêque

SOURCES : Arch. Dép. de la Seine, Registres d’écrou DY 8/9-2518. — Arch. Dép. de Saône-et-Loire, série M.— Le Moniteur Universel, 11 août 1836. — Journal de Saône-et-Loire, 24 mars 1848, janvier 1852. — Bull. de la Société des Amis des Arts et des Sciences, Tournus, 1932, p. 191-192. — M. Dommanget, Auguste Blanqui. Des origines à la Révolution de 1848. Premiers combats et premières prisons, Paris, Mouton, 1969. — L.-A. Blanqui, œuvres I. Des origines à la Révolution de 1848, textes présentés par D. Le Nuz, Nancy, Presses Universitaires, 1993. — Note de J. Risacher.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément