CADOR

Faiseur de crin, demeurant à Lyon, quartier de Pierre-Scize. Émeutier du 26 août 1790.
Des témoins, en particulier un marchand fabricant en bas de soie nommé Bonnard, l’auraient vu, le 26, vers 19 heures, tirer d’une maison écroulée située sur la rive droite de la Saône sur le régiment de Sonnenberg qui défilait sur la rive gauche. Interpellé par Bonnard, qui fit valoir son grade de capitaine de la garde nationale et lui ordonna de cesser le tir, Cador répondit que l’ordre était venu du sergent-fourrier du quartier (Voir Célu*), et que Bonnard n’était « qu’un capitaine aristocrate ».
Le procureur du roi lança contre Cador un ordre d’arrestation le 26 août. Voir Pastourel Jean*, et aussi Célu*, Dommartin*, Lion*, Mayeur*.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article27944, notice CADOR, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : Arch. Dép. Rhône, Sénéchaussée criminelle, juillet-août 1790, Procédure contre les nommés Célu... et autres. (30 juillet). — M. Wahl, Les Premières années de la Révolution à Lyon, Paris, 1894.

Version imprimable Signaler un complément