BOUCHER Pierre, dit Cornu, écrit aussi BOUCHET

Par Notice revue et complétée par J. Risacher

Né le 12 septembre 1804 à Tours. Tailleur d’habits à Tours. Propagandiste socialiste. Membre de diverses sociétés.

Il était surtout connu comme membre influent de la Société philanthropique des ouvriers tailleurs qui se réunissait trimestriellement chez le cabaretier Ory, « à la Porte de fer ». Il appartenait aussi à la Société fraternelle universelle et passait pour avoir des idées anarchistes. Il participa activement à la Société lyrique des Fils du Diable, avec le surnom de « Cornu ». Il fut l’un des fidèles de Blanqui* lorsque celui-ci était à l’hôpital de Tours à partir d’octobre 1844 et faisant les raccommodages de ses vêtements. Lorsqu’éclata l’émeute des grains, il fut arrêté en même temps que Blanqui pour association illicite, le 27 ou le 28 novembre 1847, conduit au dépôt et le 1er décembre à la Maison d’arrêt, inculpé au procès de Tours du 3 mars 1847, renvoyé à Blois, sur réquisition du procureur de Blois, le 21 avril, jugé au tribunal correctionnel de cette ville le 29 avril 1847 et condamné à 2 mois d’emprisonnement. Il revint au pénitencier de Tours le 3 mai et fut transféré le 16 à la prison de Blois pour y effectuer le reste de sa peine. Libéré, il fut l’un des neufs ouvriers co-inculpés qui rencontrèrent Blanqui dans un cabaret de Blois, avec huit autres ouvriers, le 29 juin 1847.
Plus tard, il fut inquiété lors des poursuites de l’automne 1853 contre la Marianne tourangelle. La police trouva chez lui plusieurs tableaux représentant la République, Saint-Just, Barbès, les quatre sergents de La Rochelle, et, en outre, un drapeau et un paquet de journaux et de brochures socialistes. Il bénéficia cependant d’un non-lieu. Voir Martel François*

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article27182, notice BOUCHER Pierre, dit Cornu, écrit aussi BOUCHET par Notice revue et complétée par J. Risacher, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

Par Notice revue et complétée par J. Risacher

SOURCE : Arch. Dép. Indre-et-Loire, série 2 Y, registres d’écrou 2Y/340*-1051 ; 2Y/161*-497 ; 2Y/236*-423 ; série 1 U, Procès de la Marianne de mars 1854. — Étienne Cabet, Le voile soulevé sur le procès communiste à Tours et Blois, Paris, Bureau du Populaire, mai 1846. — Les communistes à Tours, réflexions sur leur procès. Persécution de police à Blois, Blois, imprimerie de Félix Jahyer, 1846. — M. Dommanget, Auguste Blanqui. Des origines à la Révolution de 1848. Premiers combats et premières prisons, Paris, Mouton, 1969. — Jeanine Labussière, « La décennie décisive (1840-1851) », Histoire de Tours, Toulouse, Privat 1985. — L.-A. Blanqui, œuvres I. Des origines à la Révolution de 1848, textes présentés par D. Le Nuz, Nancy, Presses Universitaires, 1993.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément