BERNARDINI Jules, Marie

Vannier à Taglio-Isolaccio (Corse), ancien soldat de l’armée de Crimée, réformé pour blessure, Jules Bernardini touchait un secours annuel sur la cassette de l’Empereur en attendant que soit établi son titre de pension définitive. En 1858, il s’affilia à la Marianne. Le 30 octobre de la même année, il fut condamné à six mois de prison, à 100 F d’amende, et à un an de privation de ses droits civiques par le tribunal de Bastia. Voir Padovani Toussaint*

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article26357, notice BERNARDINI Jules, Marie, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : Arch. Nat., BB 30/420, P 1548.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément