BERKELMANS Jean-Baptiste

Né vers 1823 ; imprimeur ; communard.

Sabot à double fond qui aurait permis  à Jean-Baptiste Berkelmans de cacher des messages pendant son séjour en prison.
Sabot à double fond qui aurait permis à Jean-Baptiste Berkelmans de cacher des messages pendant son séjour en prison.
Communiqué par un de ses descendants anglais, Anthony Berkelmans.

Imprimeur à Saint-Denis (Seine), Jean-Baptiste Berkelmans fut condamné le 15 mai 1851 par le tribunal de première instance de la Seine à 13 mois de détention. Il fut incarcéré le 28 septembre 1851 à Belle-Île-en-Mer (Morbihan).

D’abord marié à Elisabeth Dufay, avec qui il eut cinq enfants, il épousa ensuite une anglaise, nommée Elisabeth Bradshaw, avec qui il eut quatorze enfants. Leur premier fils, Spartacus Delage August, naquit le 17 août 1852. Les suivants naquirent pour certains en France, pour les autres en Angleterre.

Présent à Paris durant la Commune, il s’y rallia. La tradition familiale raconte que son épouse accoucha de jumeaux (qui moururent plus tard en Angleterre) dans une maison en feu pendant la semaine sanglante. Recherché, Jean-Baptiste Berkelmans parvint à quitter Paris et à regagner l’Angleterre caché dans une malle sur laquelle son épouse resta assise durant tout le voyage en donnant le sein aux deux bébés.

La famille a conservé divers objets lui appartenant, dont un sabot à double fond qui lui permit de cacher divers documents compromettants.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article26294, notice BERKELMANS Jean-Baptiste , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 30 octobre 2018.
Sabot à double fond qui aurait permis  à Jean-Baptiste Berkelmans de cacher des messages pendant son séjour en prison.
Sabot à double fond qui aurait permis à Jean-Baptiste Berkelmans de cacher des messages pendant son séjour en prison.
Communiqué par un de ses descendants anglais, Anthony Berkelmans.

SOURCES : Arch. Dép. Morbihan, série Y, écrou 299. — Note de J.-Y. Mollier et renseignements transmis par son arrière petit-fils anglais Anthony Raymond Berkelmans.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément