BECHELER Hippolyte

Peintre décorateur d’imprimerie demeurant quai Pelletier à Paris, Hippolyte Becheler cessa de payer ses termes à partir de la révolution de 1848 et se signala par ses diatribes contre les riches. Lieutenant aux Ateliers nationaux, il fréquentait les clubs et, le 22 juin, se donna beaucoup de mouvement dans les manifestations. Le 23 juin, il se mit en tenue de garde national dès avant le rappel et participa à l’expédition de sa compagnie rue Saint-Antoine pour déblayer les barricades des rues des Ballets et de la Culture-Sainte-Catherine (VIIe arr., maintenant rues Malher et de Sévigné, IVe). Quand il rentra dans la nuit, il proclama : « Ce n’est pas ma propriété que je défends, mais celle des autres puisque je n’en ai pas. » Son service à la garde nationale devint de plus en plus rare et il fut finalement désarmé. Il disparut et fut l’objet par contumace d’une décision de transportation.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article26087, notice BECHELER Hippolyte, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 17 avril 2013.

SOURCE : Arch. Min. Guerre, A 9324.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément