AUDIER François

Né le 14 mars 1810 à Nantes (Loire-Inférieure), François Audier vint travailler à Paris en février 1845, comme chapelier fouleur et s’affilia à la Société des Ouvriers Chapeliers. Élu sous-lieutenant dans la VIIelégion de garde nationale, il se trouvait de garde à l’Hôtel de Ville le 15 mai 1848 et laissa le passage aux manifestants qui vinrent proclamer un nouveau Gouvernement provisoire. Le 23 juin, sa compagnie passa à l’insurrection et il n’y fut pas étranger. Il se réunit aux insurgés de la barricade de la rue de l’Homme-Armé, puis quand le quartier fut occupé, refusa de marcher. Il s’expliqua : « Je suis ouvrier, je craignais surtout de me battre contre mes frères. » Arrêté après l’insurrection, il fut confondu avec un homonyme condamné pour vagabondage, fit l’objet d’une mesure de transportation, obtint sa grâce de Cavaignac, mais le changement de personnel lui fit en attendre l’effet jusqu’en décembre 1849.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article25394, notice AUDIER François , version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : Arch. Min. Guerre, A 11839.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément