AMBRY

Chanteur ambulant objet d’une surveillance particulière de la police politique, Ambry était signalé à partir de 1849 comme l’un des agents les plus actifs du parti socialiste avec la mission de transmettre aux chefs du parti tous les renseignements recueillis sur les états d’esprit. Porteur de textes de chansons socialistes, il aurait coiffé le bonnet phrygien lorsqu’il les distribuait. Dans une lettre du 6 novembre 1850, adressée au maire de Saint-Rémy (Bouches-du-Rhône), le sous-préfet d’Arles signalait Ambry comme allant du Var à Montpellier et Perpignan pour revenir en Provence par Castelnaudary, Aix et Marseille.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article25094, notice AMBRY, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : Arch. Mun. de St-Rémy-de-Provence, Police politique, I 2, B 12, Informations confidentielles (1849-1865).

Version imprimable Signaler un complément