ALLARD Jules

Communiste parisien dans les années 1840.

Communiste parisien. Jules Allard fut co-fondateur de La Fraternité de 1845 - voir Pouvret. Accusé dans l’affaire du Moniteur républicain en novembre 1839 en compagnie de Stanislas Vilcoq et Joseph Béchet, il avait été acquitté, contrairement à ses deux co-inculpés. Mais le 14 janvier 1840 il fut condamné pour détention de presse clandestine à six mois de prison, 10 000 francs d’amende et aux dépens.
Il fut l’auteur avec Castagné, Denis et Leroux* de la brochure A. M. Cabet, ex-député. Quelques lignes en réponse à son pamphlet, en ce qui concerne une parie des anciens fondateurs de la Fraternité de 1845.... au nom de tous les anciens fondateurs attaqués par M. Cabet, brochure datée du 10 janvier 1846.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article25043, notice ALLARD Jules, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 18 avril 2016.

SOURCES : Jacques Grandjonc, Communisme Kommunismus Communism. Origine et développement international de la terminologie communautaire prémarxiste des utopistes aux néo-babouvistes, Trier, Karl Marx Haus, 1989. — Gazette des Tribunaux, 15 janvier 1840, p. 265, col. 3.— Notes de J. Grandjonc et P. Baudrier.

Version imprimable Signaler un complément