ALIER

Militant de Lyon (Rhône), Alier fut compromis pendant les journées insurrectionnelles d’avril 1834 et put prendre la fuite. Il bénéficia néanmoins de la Cour des Pairs d’un non-lieu avant l’ouverture des débats.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article25019, notice ALIER, version mise en ligne le 20 février 2009, dernière modification le 20 février 2009.

SOURCE : Cour des Pairs. Procès politiques, 1830-1835, Inventaire dressé par J. Charon-Bordas, Paris, Archives Nationales, 1983. CC 571 d 3 n° 531.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément