ELOY Didier

Par Roland Delacroix

Né le 16 mars 1912 à Hirson (Aisne), mort le 30 juin 1977 à Aulnoye-Aymeries (Nord) ; ouvrier métallurgiste ; syndicaliste CGT, élu local communiste d’Aulnoye ; député du Nord (1967-1968, 1973-1977).

[Assemblée nationale, Notices et portraits]

Fils d’un cheminot, Didier Eloy fut élevé à Aulnoye-Aymeries (Nord) où il suivit l’école primaire jusqu’à l’obtention de son certificat d’études primaires. Il entra aussitôt au travail à la boulonnerie-ferronnerie d’Hautmont (Nord).

Syndicaliste, son licenciement en 1927, à l’âge de quinze ans, provoqua une grève de solidarité qui permit sa réintégration. Didier Eloy fut ensuite secrétaire de la section CGT des métaux. Il effectua son service militaire en 1932. Le PCF reçut son adhésion en 1935. L’activité politique et syndicale de Didier Eloy fut particulièrement importante pendant la période du Front populaire. Agent de maîtrise à l’usine LMA en 1936, il fut délégué du personnel puis responsable de l’Union locale CGT d’Aulnoye.

Mobilisé en 1939, Didier Eloy participa à la Résistance pendant l’Occupation. Il fut décoré de la Croix de Combattant Volontaire de la Résistance et de la Croix de combattant 1939-1945. Il siégea comme vice-président au Comité de Libération du Nord. À cette époque, il participa à la mise en place des structures de la Sécurité sociale dans l’arrondissement d’Avesnes. Il reprit son travail à LMA (devenu Valourec) et devint contremaître adjoint au service des expéditions.

Élu maire adjoint d’Aulnoye en 1953, Didier Eloy fut présenté par le Parti communiste lors de nombreuses élections. Devancé par le socialiste Eugène Thomas (24,5 % contre 31,4 %) lors des législatives de 1958, il refusa de se désister et au second tour, le candidat de l’Union pour la Ve République, Paul Bécue* fut élu. En 1962, il ne fut pas loin de la victoire. Il l’emporta en 1967 grâce au désistement du candidat de la FGDS Eugène Thomas. Son passage à la chambre fut bref puisqu’il perdit son siège en juin 1968.

Didier Eloy retourna à l’usine tout en poursuivant son action locale et municipale. À nouveau élu lors des législatives de mars 1973, il démissionna en 1976 pour raison de santé et mourut le 30 juin 1977 dans sa ville.
Didier Eloy s’était marié en février 1931 avec Raymonde Plume. Le couple eut deux enfants.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article24839, notice ELOY Didier par Roland Delacroix, version mise en ligne le 5 mars 2009, dernière modification le 2 juillet 2009.

Par Roland Delacroix

[Assemblée nationale, Notices et portraits]

SOURCES : Arch. Assemblée nationale. — Presse locale.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément