Né le 24 septembre 1910 à Javerdat (Haute-Vienne), mort le 7 février 1958 à Langon (Gironde) ; employé des postes ; militant anarchiste et de la Libre pensée.

Employé des postes, André Prévotel commença à militer au début des années trente au sein du groupe anarchiste « Sébastien-Faure » de Bordeaux (Gironde). Fin mars 1935, il fut arrêté avec sa compagne Andrée Prévotel et Aristide Lapeyre dans l’affaire des « stérilisés de Bordeaux ». Après une intense campagne, il fut mis en liberté provisoire le 6 juillet 1935 et bénéficia le 4 avril 1937 d’un non-lieu. Installé à Évreux (Eure), il anima le groupe local de l’Union anarchiste puis, en 1938, fut muté à Ruffec (Indre).
En 1939, il réussit à se faire réformer et, pendant l’Occupation, vécut dans une semi-clandestinité. Après la Libération, installé à Langon (Gironde), il reconstitua une section de Solidarité internationale antifasciste et un groupe de la Libre pensée dont il assuma la présidence et qui prit à sa mort le nom de groupe « André-Prévotel ». Il fut admis à la Loge « Les Amis réunis » de Bordeaux (Grand Orient) le 26 avril 1951.

SOURCES : Léo Campion, Les Anarchistes dans la Franc-maçonnerie, op. cit.Le Libertaire, 8 avril 1937. — Bulletin du CIRA (Marseille), n° 23/25, 1985. — Cahiers des amis d’Aristide Lapeyre*, avril 1987. — Notes de N. Faucier et J.-M. Lebas.

Jean Maitron

Version imprimable de cet article Version imprimable