ETESSE Arsène

Par François Prigent

Médecin-chef ; conseiller municipal radical (1929 et 1935) ; maire SFIO de Tréguier (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor) de 1945 à 1959, puis adjoint socialiste en 1959 et 1965 ; candidat SFIO aux cantonales en 1945 ; militant laïque.

Médecin chef à l’hôpital de Tréguier, actif dans les filières laïques locales, dont la franc-maçonnerie, Arsène Etesse était élu sous l’étiquette radicale en 1929 et en 1935. Il fut élu maire SFIO de la ville de Tréguier en mai 1945 dès le 1er tour face à Charles Calvez instituteur radical en retraite. La municipalité était composée de 12 MRP, 4 radicaux, 1 PCF (Marie Perrot) et 4 SFIO (dont Alexandre Le Roy, Joseph Lohou et Marc Le Bescond professeurs à l’EPS et instituteur).

Il figurait parmi les élus actifs du réseau de 120 maires SFIO du département en 1947. Candidat aux cantonales de 1945, il fut devancé au second tour par le radical Pichouron (maire de Penvénan), recueillant 48.9 % des suffrages. En juillet 1946, il prit la parole au nom des socialistes lors de la fête du PCF à Buguéles, en présence de Cachin et Joliot-Curie. La SFIO emporta en 1951 le siège cantonal en la personne du cultivateur François Broudic, maire de Plouguiel qui demeura conseiller général jusqu’à sa mort en 1960. Le canton de Tréguier ne revint aux socialistes qu’une seule fois dans les 40 années suivantes avec Michel Le Saint (1988-1994), mécanicien dans la marine marchande, militant CGT et maire de Plougrescant dès 1983.

Réélu maire SFIO de Tréguier en 1947 et 1953, il devint adjoint du maire républicain Joseph Nicolas en 1959. En 1960, le docteur Etesse, considéré comme proche du PSU, était toujours une figure de la gauche locale, demeurant adjoint en 1965.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article24754, notice ETESSE Arsène par François Prigent, version mise en ligne le 27 février 2009, dernière modification le 27 février 2009.

Par François Prigent

SOURCES : Arch. Dép. Côte d’Armor, 3 M 263. — Mairie de Tréguier. — Le Combat Social (1945-1959). — Entretien avec Madame Le Saint.

Version imprimable Signaler un complément