EMANUELLI Maurice [EMANUELLI Eugène, Maurice]

Par Antoine Olivesi

Né le 14 septembre 1905 à Marseille (Bouches-du-Rhône), mort le 8 juillet 1985 à Nans-les-Pins (Var) ; employé du gaz ; syndicaliste CGT des Bouches-du-Rhône.

Fils d’un retraité (quarante-six ans) et d’une ménagère, Maurice Emanuelli, employé du gaz, militant syndicaliste et communiste, fut élu à la commission exécutive de la nouvelle UD-CGT des Bouches-du-Rhône lors du congrès de réunification qui se tint à Marseille début janvier 1936. Il représentait l’ex-CGTU. Il fut réélu aux congrès départementaux de l’UD de 1937 et 1939. Il résidait alors à Marseille dans le quartier populaire du boulevard Vauban.

Maurice Emanuelli fit de nouveau partie des instances dirigeantes de la CGT des Bouches-du-Rhône lorsque celle-ci tint sa première assemblée générale quelques jours après la libération de Marseille, dans cette ville, le 3 septembre 1944. Il fut élu secrétaire adjoint de l’UL de Marseille, laquelle en comptait trois autres : Victor Benzi, Maurice Milhau et Tolozan, le secrétaire général étant Tavera. Mais Emanuelli ne fut pas réélu membre du bureau de l’UL lors du XXVe congrès de l’UD qui se tint à Marseille les 9 et 10 juin 1945 en présence de Benoît Frachon.
Maurice Emanuelli mourut le 8 juillet 1985 et fut inhumé, après des obsèques civiles, le 10 juillet, au cimetière Saint-Pierre à Marseille. Les avis de décès mentionnent qu’il était retraité de l’EDF.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article24299, notice EMANUELLI Maurice [EMANUELLI Eugène, Maurice] par Antoine Olivesi, version mise en ligne le 17 janvier 2009, dernière modification le 16 octobre 2019.

Par Antoine Olivesi

SOURCES : Arch. Ville de Marseille, K1/811, — listes électorales 1935-1939. — Le Petit Provencal, 6 janvier 1936. — Le Midi syndicaliste, 20 juillet 1938, septembre 1944 et juin 1945. — Rouge-Midi, 4 septembre 1944, 11 et 12 juin 1945. — La Marseillaise, id., puis 9 et 10 juillet 1985. — Le Provencal, id. — R. Mencherini, L’Union départementale CGT des Bouches-du-Rhône de la Libération à la scission (1948), thèse du 3e cycle, dactylographiée, Aix, 1984, t. I, p. 27. — Renseignements d’état civil de Marseille et de Nans-les-Pins ainsi que de Georges Righetti.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément