ELDIN André

Par Roger Pierre

Né en 1906 à Vallon-Pont-d’Arc (Ardèche) ; employé à l’Inspection départementale d’hygiène à Privas (Ardèche) ; militant socialiste.

Le père, Émile Eldin, né à Lagorce, canton de Vallon, en 1881, cultivateur au mas des Aires, à Vallon, était un vieux militant socialiste d’avant-guerre. Il fut, en 1928, nommé secrétaire de la section SFIO, à laquelle adhéra cette même année son fils André.

Ce dernier s’efforça de constituer un groupe de jeunes, collabora à l’hebdomadaire L’Ardèche socialiste, et participa dès septembre 1932 à la création d’un comité de lutte contre la guerre formé par la cellule communiste, le groupe socialiste et le comité radical ; il en fut nommé secrétaire. Il adhéra par la suite à l’association des Amis de l’Union soviétique, et se vit confier en 1936 la direction du comité antifasciste de Vallon.

Nommé cette même année à l’Inspection départementale d’hygiène, à la préfecture de Privas (Ardèche) où il vint s’établir, il fut chargé par la Fédération SFIO de reconstituer l’organisation départementale des Jeunesses socialistes, désagrégée après la démission de Marcel Bacconnier*. Il en fut le secrétaire adulte, continua à participer activement à la propagande du parti, dans ses réunions et meetings, collabora au nouvel hebdomadaire Le Réveil socialiste ; il fut délégué de l’Ardèche au congrès national de Marseille en 1937.

D’esprit unitaire, il garda de bonnes relations avec les communistes ; en 1938, avec son collègue et ami Adolphe Demontès*, il constitua dans des conditions difficiles un éphémère syndicat CGT des employés de préfecture, et il participa, à la Mutualité, au congrès des Amis de l’Union soviétique qui fit sur lui une forte impression.

Combattant volontaire de la Résistance, André Eldin fut désigné en novembre 1944 pour remplacer Émile Roussel au secrétariat de la Fédération socialiste de l’Ardèche, dont il fut l’un des candidats aux élections législatives de 1946. Il fit partie du comité départemental de l’Association France-URSS, lors de sa reconstitution, après la Libération. En 1948, il demanda à être relevé de sa tâche de secrétaire fédéral, mais il continua à militer au Parti socialiste.

André Eldin s’est retiré à Vallon, son pays natal.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article24286, notice ELDIN André par Roger Pierre, version mise en ligne le 17 janvier 2009, dernière modification le 21 janvier 2009.

Par Roger Pierre

SOURCES : Arch. Dép. Ardèche, 10 M 185. — L’Ardèche socialiste, 1928-1934. — Le Réveil populaire, 1936-1937. — Communication d’A. Eldin, et notes d’A. Demontès.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément