FRÉNEL Roger

Par Gilles Morin

Employé des PTT ; militant de la SFIO en Gironde avant-guerre, puis de la SFIO, du PSA, du PSU et à nouveau de la SFIO en Meurthe-et-Moselle, secrétaire de la fédération SFIO de Meurthe-et-Moselle (1944-1945, 1948).

Employé des PTT, Roger Frénel (parfois orthographié Fresnel) gravit les échelons de la hiérarchie interne, devenant contrôleur principal en janvier 1945, puis receveur PTT (1949). Il était retraité au début des années 1960.

Roger Frénel adhéra aux Jeunesses socialistes en 1910 en Gironde. Il fut secrétaire de la section bordelaise et secrétaire fédéral adjoint après la scission néo-socialiste en 1933. Militant du PS clandestin en 1942, il était alors l’un des responsables de la région de Nancy (Meurthe-et-Moselle) avec sa femme.

À la Libération, Roger Frénel était secrétaire de la section de Nancy et secrétaire de la fédération SFIO de Meurthe-et-Moselle d’octobre 1944 au congrès du 18 novembre 1945 (il semble l’avoir été de nouveau en 1947-1948). Délégué au congrès des fédérations socialistes reconstituées de la SFIO en novembre 1944, il siégea à la commission de la propagande. Il fut candidat aux élections cantonales de 1945 à Nancy-Nord. En 1948, il redevint alors secrétaire de la section de Nancy, Peeters* lui succédant comme secrétaire fédéral. Il fut ensuite délégué fédéral à la propagande et rédacteur du Populaire de l’Est de février 1949 à 1951, membre du bureau fédéral. En mai 1951, le secrétaire fédéral Léger* indiquait qu’il était démissionnaire et supposait qu’il allait adhérer « au nouveau groupement communiste indépendant ». Le 8 juin, Léger indiquait que Roger Frénel menait « pour le compte de la liste Sélignac (PCI), une campagne acharnée contre le parti auquel il appartenait encore il y a trois semaines ».

On retrouve par la suite Roger Frénel comme actif militant PSA à Toul (Meurthe-et-Moselle) en 1959, responsable provisoire de la fédération. Il était adhérent au PSU en 1960-1961, étant alors président d’une amicale laïque.

Roger Frénel, comme beaucoup d’anciens de la SFIO et du PSA, semble avoir quitté le PSU par la suite pour retourner à la « vieille maison », car il fut désigné secrétaire de la section SFIO de Toul en décembre 1966.
Il était franc-maçon.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article24161, notice FRÉNEL Roger par Gilles Morin, version mise en ligne le 5 janvier 2009, dernière modification le 5 octobre 2017.

Par Gilles Morin

SOURCES : Arch. Nat., F/1a/4025. — Arch. OURS, dossiers Meurthe-et-Moselle. — Arch. A. Seurat. — F. Pique, La SFIO en Meurthe-et-Moselle, sous la IVe République, mémoire de maîtrise, Nancy, 1992. — Fichiers des adhérents du PSU.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément