ZIMMERMANN Émile

Par Claude Pennetier

Né le 25 avril 1884 à Denain (Nord), mort le 1er septembre 1972 à Créteil (Val-de-Marne) ; ouvrier mouleur sur métaux ; militant communiste ; conseiller municipal puis maire de Thiais (Seine, Val-de-Marne).

Fils d’un employé aux chemins de fer socialiste et d’une couturière, Émile Zimmermann, titulaire d’un certificat d’études, fit partie, pendant la Première Guerre mondiale, du 127e régiment d’infanterie (2e classe) puis fut affecté à Angoulême (Charente) aux fonderies Michaud où il devint délégué du personnel. Il avait la carte de la CGT depuis l’âge de seize ans. Selon un rapport de police, il était l’un de ces « syndicalistes à outrance et qui font ouvertement auprès des travailleurs de nos usines civiles une propagande très active pour les amener à leurs idées ». Sur son invitation, Alphonse Merrheim vint faire une conférence à Saint-Ausone.

Ouvrier à la Fonderie parisienne de Choisy-le-Roi (Seine, Val-de-Marne), Émile Zimmermann appartint de 1922 à 1923 à la commission exécutive de la Fédération unitaire des Métaux (voir L. Bizien*). Il se confond peut-être avec Zimmermann qui fut délégué au IVe congrès de la CGTU réuni à Bordeaux (Gironde) en septembre 1927.

Domicilié à Thiais, Émile Zimmermann milita au Parti socialiste, fut trésorier et secrétaire de la section locale, puis participa à la création du Parti communiste. Il entra au conseil municipal à l’issue des élections du 10 mai 1935 avec deux autres communistes Charles Bardez et Charles Besse. L’assemblée municipale était alors majoritairement composée de républicains de gauche et de radicaux-socialistes.

Déchu de son mandat le 9 février 1940, Émile Zimmermann fut arrêté puis interné le 5 octobre 1940 à Aincourt (Seine-et-Oise, Val-d’Oise) puis à Voves (Eure-et-Loir) et Pithiviers (Loiret). En août 1944, il devint membre du comité local de Libération puis membre du conseil municipal provisoire comme adjoint au maire (arrêté du 27 octobre 1944). Il fut ensuite réélu lors des élections générales des 6 et 13 mai 1945 et proclamé maire le 18. Réélu en 1947 et 1953, Émile Zimmermann exerça ses fonctions de maire jusqu’en mars 1959. Il militait à l’ Association républicaine des anciens combattants (ARAC), à la Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes (FNDIRP), au Secours populaire, aux Vieux travailleurs.

Il était marié avec une couturière (fille d’un manœuvre et d’une couturière), membre du PCF. Ils n’eurent pas d’enfants.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article24089, notice ZIMMERMANN Émile par Claude Pennetier, version mise en ligne le 4 août 2009, dernière modification le 18 décembre 2009.

Par Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Nat., F7/13777. — Arch. Dép. Charente, 22 644 bis. — Arch. Paris, DM3 ; vers. 10451/76/1 et 10441/64/2. — Arch. fédération communiste du Val-de-Marne. — Renseignements mairie de Thiais.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément