FRANCESCHI

Par Jacques Girault, Robert Hirsch

Instituteur ; militant syndicaliste de la Seine.

Franceschi, instituteur à Saint-Denis (Seine, Seine-Saint-Denis), secrétaire adjoint de la sous-section, fut désigné, courant avril 1948, comme l’un des deux responsables, l’autre étant Henri Cornuejols*, du groupe des « Amis de Force Ouvrière » parmi les instituteurs. Élu « majoritaire » au conseil de la section de la Seine du Syndicat national des instituteurs en 1948, il fut renouvelé jusqu’en 1952. Membre du bureau départemental en 1949, il était membre du secrétariat. Sa démission du conseil syndical fut enregistrée le 10 janvier 1952.

Franceschi fut délégué par la section de la Seine du SNI au congrès de Paris. Il intervint le 19 juillet 1950 et au nom de « l’école de la tolérance » critiqua l’intervention de Pierre Clauzet qui, agissant comme « représentant de la FEN-CGT », contestait de nombreux points du rapport moral. L’année suivante, délégué au congrès de Saint-Malo le 19 juillet 1951, il critiquait à nouveau l’action des communistes dans le SNI.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article23985, notice FRANCESCHI par Jacques Girault, Robert Hirsch, version mise en ligne le 27 décembre 2008, dernière modification le 28 février 2012.

Par Jacques Girault, Robert Hirsch

SOURCE : Presse syndicale. - Force Ouvrière, hebdomadaire de la CGT-FO, 15 et 22 avril 1948. – Note de Louis Botella.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément