GABORIT Roger, Omer

Par Jacques Girault

Né le 12 décembre 1903 à Luçon (Vendée), mort le 20 mai 1996 à Rochefort-sur-Mer (Charente-Maritime) ; professeur puis chef d’établissement ; résistant ; maire de Rochefort (1944-1951), député radical (1946-1958), conseiller général.

[Assemblée nationale, Notices et portraits, 1956]

Fils d’un vétérinaire, Roger Gaborit fréquenta le collège de Luçon puis le lycée de Poitiers (Vienne). Titulaire du baccalauréat en 1924, il commença des études à la Faculté des Lettres de Poitiers (Vienne). Il obtint une licence-ès-lettres en 1934 après avoir réussi aux certificats d’études pratiques allemandes (1927), de philologie allemande (1932), d’études littéraires et classiques (1932).

Roger Gaborit, maître d’internat au lycée de La Roche-sur-Yon (1926), répétiteur aux lycées de La Rochelle (1927) et de Niort (1929-1934), devint professeur délégué aux lycées de Bayonne (Pyrénées-Atlantique) en 1935-1936 puis de Rochefort (1936-1938). Roger Gaborit qui avait accompli son service militaire en 1928-1929, se maria en décembre 1929 à La Roche-sur-Yon (Vendée). Le couple eut deux enfants. Il fut mobilisé en septembre 1939.

Roger Gaborit fut titularisé en 1943. Sa demande pour une nomination comme censeur fut refusée en novembre 1942 par l’inspecteur d’Académie pour deux raisons : « ne présente pas les garanties d’ordre national », « a fait de la politique militante à Rochefort ». À partir de septembre 1943, il fut agent du réseau de Résistance Navarre. À la Libération, Roger Gaborit présida la délégation municipale de Rochefort après avoir été nommé président, le 21 novembre 1944. Son détachement de l’Éducation nationale fut accordé par le recteur d’autant plus que les Allemands de l’enceinte fortifiée de La Rochelle venaient souvent à Rochefort pour se ravitailler, ce qui amenait, selon le recteur, une « situation difficile à Rochefort. Il fut élu maire le 18 mai 1945 et conseiller général de Rochefort-Nord en septembre 1945. Vice-président du conseil général, membre du conseil d’administration des écoles normales, il acceptait de débloquer des crédits et menait une politique analogue à Rochefort.

Roger Gaborit avait été, à la Libération, nommé principal de collège de Saintes (Charente-Maritime). Il n’avait pu occuper son poste et avait été nommé, à la fin de 1945, censeur du lycée Pierre Loti à Rochefort. Une situation particulière se produisit en 1946. La fédération socialiste SFIO et la section socialiste de Rochefort firent une démarche commune auprès du ministre socialiste de l’Éducation nationale pour lui demander de nommer Gaborit principal à Saintes car il menait à Rochefort une « action antigouvernementale ».

Roger Gaborit fut réélu maire en octobre 1947. Le 20 octobre 1951, il devint simple conseiller municipal et fut réélu conseiller municipal en 1953. Il fut battu lors du renouvellement du conseil général le 15 octobre 1951.

Roger Gaborit, radical-socialiste, fut régulièrement candidat aux élections législatives à partir de 1946. Il fut élu le 10 novembre 1946 à la tête de la liste du « Rassemblement des gauches républicaines ». Il fut membre des commissions de la marine marchande et des pêches (1946-1951) qu’il présida en 1950, de la reconstruction et des dommages de guerre (1946-1948), des affaires étrangères (1948-1951). En 1951, il fut nommé membre de la commission supérieure du crédit maritime mutuel. Il fut réélu le 17 juin 1951 sur la liste RGR. Il fit partie des commissions de la marine marchande et des pêches dont il fut le vice-président, des affaires étrangères, de l’éducation nationale (1951), de la famille (1956), des boissons (1955). Il fut élu questeur de l’Assemblée en janvier 1955. Il fut le rapporteur du projet de ratification de la Communauté européenne de défense et vota contre la question préalable qui, approuvée, amena l’abandon du projet. Il vota aussi contre la confiance au gouvernement Mendès France sur l’Afrique du Nord. À la tête de la liste radicale, il fut réélu le 2 janvier 1956. Il fit partie des commissions de la famille et de la marine marchande et fut nommé membre titulaire de l’assemblée consultative du Conseil de l’Europe. Il fut questeur de l’Assemblée nationale jusqu’au 3 octobre 1956.

Roger Gaborit rejoignit le groupe parlementaire radical-socialiste en octobre 1956. Il vota l’investiture au général de Gaulle en juin 1958. Il ne se représenta pas aux élections législatives suivantes.
Roger Gaborit ne reprit pas son poste et fut mis à la retraite dans le dernier trimestre 1958. Il cessa d’être maire en 1959 et se retira à Saint-Jean d’Angle (Charente-Maritime).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article23910, notice GABORIT Roger, Omer par Jacques Girault, version mise en ligne le 14 décembre 2008, dernière modification le 9 mars 2009.

Par Jacques Girault

[Assemblée nationale, Notices et portraits, 1956]

SOURCES : Arch. Nat., F/17 26992. — Sites Internet de l’Assemblée nationale et de la ville de Rochefort.

Version imprimable Signaler un complément