ESTRADE Renée

Par Jean-Pierre Besse

Née le 28 avril 1909 à Villejuif (Seine, Val-de-Marne) ; militante communiste de Villejuif ; résistante dans la région parisienne.

Domiciliée rue du Génie à Villejuif, Renée Estrade assura la dactylographie des tracts et imprimés dès la dissolution du Parti communiste. Elle travaillait aussi à l’organisation des femmes. Elle dut quitter son domicile pour échapper à l’arrestation en janvier 1943 et travailla à partir de là comme agent de liaison et dactylo pour la direction nationale.

Lors de son arrestation par la Brigade spéciale en février 1944 à Paris, elle était interrégionale femme. Déportée le 11 août 1944 au départ de la gare de Pantin vers Sarrebruck, elle fut transférée à Ravensbrück d’où elle fut libérée en 1945.

Arrêtées en même temps qu’elle, Blanche Coureuil, Germaine Morin, Marcelle Francine Veignant (née le 20 septembre 1907 à Challuy, Nièvre, fille d’un tonnelier, mariée en août 1930 à Paris XXe arr. avec Denis Morin puis à la Farlède, Var, en avril 1987 avec Emmanuel Vinkler, morte le 23 janvier 1995 à Bandol, Var), Christiane Levasseur (née à Saint Dizier le 4 septembre 1917), Simone Chambry (née le 8 novembre 1913 à Villers-Saint-Sépulcre, Oise) et Marcelle Dubois (née le 17 octobre 1894) furent déportées dans le même convoi et sont toutes revenues.

Après la Libération, elle fut l’une des responsables de l’Union des femmes françaises (UFF) sur Villejuif.

A-t-elle un lien de famille avec François Estrade ?

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article23871, notice ESTRADE Renée par Jean-Pierre Besse, version mise en ligne le 9 décembre 2008, dernière modification le 18 décembre 2011.

Par Jean-Pierre Besse

SOURCES : Arch. PPo, carton 16. – Fondation pour la Mémoire de la Déportation, Le Livre Mémorial…, op. cit..— Recherches infructueuses pour l’état civil à Villejuif.

fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément