GAILLARD Philibert

Par Gilles Vergnon

Né le 13 avril 1884 à Neuville-sur-Saône (Rhône), exécuté sommairement le 9 juin 1944 à Communay (Isère, Rhône depuis 1967) ; directeur régional de l’Épargne nationale ; secrétaire fédéral de la SFIO du Rhône (septembre 1943-mars 1944) ; résistant dans le réseau Pat O’Leary.

Fils d’un imprimeur sur étoffes, Philibert Gaillard se maria à Lyon (Ve arr.) en mai 1906 avec Félicie Corneille. Participant au noyau qui reconstitua en mai 1942 la fédération socialiste du Rhône dans la clandestinité, il remplaça, en septembre 1943, Marcel Daudel dans ses fonctions de secrétaire fédéral.
Dans la Résistance, il participait aussi aux activités du réseau « Évasion Pat ». Le réseau Pat O’Leary – du pseudonyme de son fondateur, Albert Guérisse, officier et médecin belge, alias Pat O’Leary, arrêté en mars 1943 - dont fit partie Philibert Gaillard était un réseau international d’évasion de militaires alliés et de renseignement militaire.
Dénoncé, il fut interpellé avec d’autres militants, dont Félix Orsoni*, le 29 mars 1944 à son bureau de l’Épargne nationale au 85 avenue de Saxe (IIIe arrondissement de Lyon). En face, côté pair, au rez-de-chaussée Frédéric Dutrion*, autre militant socialiste, tenait un magasin de pièces détachées pour motos et où il stockait Le Populaire clandestin. Philibert Gaillard et Félix Orsoni*, avec dix-neuf autres résistants de la prison Montluc à Lyon, furent fusillés à Communay, le 9 juin 1944, au bois de Cornavent, au bord de la route nationale 7. Frédéric Dutrion*, arrêté le 10 mai 1944, mourut sur la route de la déportation le 2 juillet 1944. Philibert Gaillard était franc-maçon.
Une plaque commémorative fut apposée sur l’immeuble où ils furent arrêtés, à l’intersection de l’avenue de Saxe et de la rue Dunoir : « Ici habitaient Philibert Gaillard, membre du parti socialiste SFIO, et Frédéric Dutrion*, membre du parti socialiste SFIO. Ces militants sont morts pour que vivent nos libertés. »

Une stèle fut également érigée à Communay à la mémoire des vingt et un fusillés.
Voir Communay

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article23649, notice GAILLARD Philibert par Gilles Vergnon, version mise en ligne le 23 novembre 2008, dernière modification le 25 avril 2017.

Par Gilles Vergnon

SOURCES : Célian Faure, Les Socialistes rhodaniens sous l’occupation, mémoire de fin d’études, IEP de Lyon, 2003. — Bruno Permezel, Résistants à Lyon, Villeurbanne et alentours, Lyon, BGA/Permezel, 2003. — Marcel Ruby, Résistance et contre-résistance à Lyon et en Rhône-Alpes, Roanne, Horvath, 1995. — État civil de Neuville-sur-Saône. — Témoignage de Madame André Masia.

Version imprimable Signaler un complément