ELBORY Yves, Dominique, Alphonse

Par Claude Pennetier

Né le 11 septembre 1934 à Blois (Loir-et-Cher) ; plombier à Gaz de France ; militant de la JOC, syndicaliste CFTC puis CFDT et militant du PSU du Loir-et-Cher ; membre de l’Action catholique ouvrière (ACO).

Yves Elbory à Blois en 2007
Yves Elbory à Blois en 2007
[Cliché Claude Pennetier]

Fils d’un vendeur en habits à Blois, Yves Elbory fut surtout élevé par sa mère, couturière puis enseignante du technique. La famille était catholique et un grand-père maternel, ouvrier imprimeur, militait à la CFTC. Sans CEP, Yves Elbory entra comme apprenti à l’école des orphelins d’Auteuil (à Thiais), où il fut orienté vers le séminaire pour être prêtre. Les études ne « l’accrochèrent pas » et il partit pour être manœuvre dans le bâtiment comme plombier. Il suivit des cours du soir qui lui permirent d’obtenir son CAP de plombier.

Militant de la JOC, syndiqué de la CFTC en 1954, il fit son service militaire en Algérie d’octobre 1955 à janvier 1958. C’est à Oran qu’il connut Solange Vallet, née le 18 janvier 1931, fille d’une couturière et d’un imprimeur, qu’il épousa en décembre 1957 à Blois et qui partagea sa vie militante. Ils eurent trois enfants en 1959, 1961 et 1966.

À son retour d’Algérie, il travailla dans le bâtiment puis entra à GDF en 1958. Militant de l’ACO avec sa femme, il fut responsable diocésain au milieu des années soixante.

Partisan de la déconfessionnalisation de la CFTC, il fut un actif militant de la CFDT et du PSU, particulièrement dans la période de mai 1968 durant laquelle il participa activement au mouvement à GDF. Il refusa de suivre Michel Rocard* au Parti socialiste, fut secrétaire de la petite section PSU d’une vingtaine de membres (une cinquantaine au niveau départemental) et milita avec « Rouge et vert ». Le PSU l’avait présenté à plusieurs élections législatives et cantonales. Il soutint intensément la grève de Lip en 1973, faisant une dizaine de voyages sur place, pour suivre des réunions, manifester, prendre des montres à vendre et régler les montres vendues.

Toujours membre de l’Action catholique ouvrière, il fut par ailleurs militant de l’APF, du CSCV et du CLCV (comité local du cadre de vie) et des associations de défense des sans papiers. Il était dans sillage du mouvement altermondialiste.

Il anima avec sa femme Agir contre le chômage (AC) et des associations de quartier. Solange Elbory fut responsable départementale de la FCPE. Les Elbory formaient un vrai couple militant uni, soucieux de l’harmonie de leur engagement. Yves ralentissait ses activités pour permettre à Solange de prendre ses responsabilités et inversement.

Bien qu’en désaccord avec les évolutions de la confédération, il siégea au conseil fédéral CFDT des retraités.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article23631, notice ELBORY Yves, Dominique, Alphonse par Claude Pennetier, version mise en ligne le 6 novembre 2008, dernière modification le 27 mars 2017.

Par Claude Pennetier

Yves Elbory à Blois en 2007
Yves Elbory à Blois en 2007
[Cliché Claude Pennetier]

SOURCES : Témoignage recueilli à Blois en octobre 2007 et octobre 2008. — État civil.

Version imprimable Signaler un complément