FAHY Paul, Xavier

Par Guy Le Néouannic

Né le 20 février 1922 à Échenoz-la-Méline (Haute-Saône), mort le 5 avril 2012 à Paris ; instituteur puis professeur de collège ; résistant ; secrétaire de la section départementale du Syndicat national des instituteurs (SNI) de la Haute-Saône (1953-1955) ; secrétaire général (1969-1978) puis président (1978-1980) de la Ligue de l’enseignement ; président de la Mission laïque française.

Paul Fahy, président d’honneur de la Mission laïque française, en 2007
Paul Fahy, président d’honneur de la Mission laïque française, en 2007

Fils d’un employé dans une compagnie de chemins de fer puis à la SNCF, ancien combattant et syndiqué, Paul Fahy, qui avait deux frères ou sœurs, reçut les premiers sacrements catholiques. Après avoir obtenu le certificat d’études primaires, il entra au cours complémentaire public de Vesoul. Admis à l’École normale d’instituteurs de Vesoul en juillet 1940, élève-maître au lycée de Vesoul, il obtint le baccalauréat (Philosophie-Lettres). Parallèlement inscrit aux Éclaireurs de France de 1939 à 1941, réfractaire au Service du travail obligatoire (juin 1943), Paul Fahy entra très tôt dans la Résistance (mouvements « Lorraine », étudiants de Vesoul, puis « Libération Belfort » de Libération-Nord). Son service aux Forces françaises de l’Intérieur fut homologué du 1er juin 1942 au 24 octobre 1945 par la commission centrale FFI. À partir d’octobre 1944 jusqu’en 1945, il participa au Front uni de la Jeunesse patriotique (FUJP). Appelé sous les drapeaux en juillet 1945, il fut libéré en octobre 1945 en raison de ses activités résistantes.

Paul Fahy fut successivement instituteur, délégué à l’éducation physique au lycée de Vesoul et au collège de Luxeuil, maître d’application à l’école d’application de Vesoul, maître de cours complémentaire au collège Jean Macé de Vesoul après 1955, puis en octobre 1959, mis à disposition de la Ligue de l’enseignement dont il était adhérent depuis 1946. Il y resta jusqu’à sa retraite en 1978 comme professeur d’enseignement général des collèges.

Paul Fahy mena de pair son métier et son engagement dans les activités physiques et les mouvements de jeunesse et d’éducation populaire. Après un passage à l’Institut de formation professionnelle de Besançon et divers stages pédagogiques pratiques (directeur de colonies de vacances en 1948), il effectua des stages au CREPS de Besançon et à l’Institut national des sports.

Avec la Ligue de l’enseignement, Paul Fahy fut moniteur des centres de vacances UFOVAL/FFC de Haute-Marne en 1946 et 1947 à Bourbonne-les-Bains et à Schramberg (Allemagne). Il anima à Vesoul des associations locales affiliées à la Fédération des œuvres laïques (patronage scolaire de 1949 à 1959, Jeunesse et culture vésulienne de 1953 à 1957). Comme responsable UFOVAL de la Haute-Saône (1948-1953), il dirigea des centres de vacances et organisa le centre nautique d’adolescents de l’UFOVAL nationale. En Haute-Saône, secrétaire général adjoint de la FOL (1951-1954), puis vice-président de la FOL (1954-1959), Paul Fahy fut aussi le responsable régional « Formation » Bourgogne et Franche-Comté de la Ligue de l’enseignement (1957-1960). Responsable de stages d’éducation populaire dans plusieurs écoles normales, il fut aussi le responsable de stages de militants dans les pays de l’Union française (1958-1959).

Après avoir représenté la FOL de Haute-Saône au conseil général de la Ligue de l’enseignement, Paul Fahy fut élu à celui-ci de juillet 1959 à 1967. Ce conseil se transforma en conseil d’administration dont il fut membre de 1967 à 1984. Il fut tour à tour membre du bureau national de la Ligue (1960-1984), secrétaire général adjoint (1963-1969), puis secrétaire général (1969-1978). Au sein de la Ligue, il occupa successivement les postes de vice-président délégué aux relations internationales (juillet à octobre 1978), de président (1978-1980), de responsable des relations internationales (1980-1984). Il fut nommé par la suite président honoraire.

Paul Fahy adhéra au SNI en 1946 et resta membre du Syndicat des enseignants jusque dans les années 1990. Conseiller syndical du canton de Vesoul et membre de la commission administrative départementale (suppléant en 1952-1954, titulaire en 1954-1960), il présida le comité de soutien aux grévistes d’août 1953 à Vesoul, comité qui regroupait les partis de gauche et les syndicats. Délégué du personnel de 1952 à 1960, élu secrétaire général de la section départementale du SNI d’octobre 1953 à novembre 1955, secrétaire adjoint de 1955 à 1957 puis à nouveau secrétaire général d’octobre 1957 à novembre 1958, il mena en particulier les campagnes contre une manifestation inter-régionale de Pierre Poujade à Vesoul avec le rassemblement pour la Défense de la démocratie et de la liberté et pour le « non » au référendum de septembre 1958. Paul Fahy siégea au bureau de la section départementale de la Fédération de l’éducation nationale (1953-1959). Membre du Centre de recherches économiques, sociales, syndicales, il composa en février 1979, le cahier 55, La CEE et les accords économiques avec les pays africains.

Paul Fahy milita aussi de 1950 à 1952 à la Fédération nationale des auberges de jeunesse. Il fut membre du comité de la Haute-Saône de la Fédération unie des auberges de jeunesse en 1958-1959. Il siégea au conseil départemental des Pupilles de l’école publique (1950-1959) puis au conseil d’administration national de cette organisation (1969-1981). Au sein des Francs et Franches Camarades, il intégra le conseil d’administration de la section de Haute-Saône (1949-1951), puis le conseil d’administration national (1959-1964). Paul Fahy fut responsable départemental (1949-1951) puis membre du CA national (1960) des Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active. Il fonda le comité de la Haute-Saône de la Jeunesse au Plein Air, organisation dont il fut le vice-président national de 1969 à 1978. Il exerça des responsabilités au Comité de coordination des œuvres laïques de jeunesse et d’éducation populaire de 1959 à 1969 et au Groupe d’étude et de recherche des organisations de jeunesse et d’éducation populaire qu’il présida à trois reprises (1960, 1963, 1966).

Paul Fahy s’investit également dans le domaine du sport : animateur de l’Espoir sportif vésulien (1945-1950), secrétaire du comité départemental d’athlétisme, membre du Comité départemental UFOLEP (1948), arbitre de basket-ball de Franche-Comté (1949), membre de l’Aéro-club des quatre vallées Saint-Crépin (Hautes-Alpes) en 1975, membre du conseil national de l’USEP (1969-1980).

Paul Fahy, membre de la Ligue des droits de l’Homme, fut le vice-président national de l’APAJH de 1978 à 1991 et un des responsables de Solidarité Laïque. Actif dans la Fédération des Conseils de parents d’élèves en Haute-Saône (1954-1959), il fut administrateur national de la FCPE de 1960 à 1969. Membre de la Phalange artistique de Vesoul, de la troupe « jeunes de Vesoul » et du théâtre de la Clairière, il était aussi mutualiste, militant de la MGEN, de la MAE et de l’Autonome en Haute-Saône et au CCOMCEN de 1985 à 1991

Paul Fahy s’engagea aussi dans de nombreuses actions et organisations internationales : Alliance française dont il fut membre du conseil d’administration à partir de 1985, Mission laïque française dont il fut vice-président de 1979 à 1984 puis président de juillet 1984 à 1995 et ensuite président d’honneur (il faisait en outre partie du comité de rédaction de sa revue Dialogues, « Revue de l’enseignement français à l’étranger » dans les années 1980-1990), Office pour la coopération culturelle internationale dont il fut secrétaire général de 1973 à 1978 et président de 1978 à 1998, Comité pour les relations internationales des mouvements de jeunesse et d’éducation français qu’il présida en 1966, Association francophone d’amitié et de liaison, Association pour la diffusion internationale francophone de livres, ouvrages et revues, Association européenne pour le progrès social et culturel qu’il présida de 1980 à 1985, association « Les Européens dans le monde » à Bruxelles. Actif dans la Fédération internationale de tourisme des jeunes, il assuma la vice-présidence de 1979 à 1998 de la Ligue internationale de l’Enseignement.

_Paul Fahy se présenta à deux reprises à des élections municipales. En 1959, il fut candidat à Vesoul alors qu’il était membre du Parti socialiste autonome. Il figura en 1989 à Montrouge dans le contingent « Vie associative » sur une liste d’union de la gauche.

Pendant toute sa vie militante, Paul Fahy écrivit dans la presse de nombreux articles, publia des brochures, intervint dans diverses réunions. Il dirigea des revues éducatives et culturelles de la Ligue de l’enseignement dont Cahiers de l’éducation permanente de 1970 à 1978, Animateur Information de 1971 à 1978, La Revue du cinéma de 1969 à 1978.

Paul Fahy avait épousé en octobre 1949 à Port-sur-Saône (Haute-Saône) Michelle Cullet, employée à la Sécurité sociale et syndiquée à la CGT-FO. De cette union naquirent deux filles en 1950 et 1954 qui ne reçurent pas de sacrements religieux. Le couple quitta la Haute-Saône en 1959 et s’installa à Montrouge (Hauts-de-Seine).

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article23622, notice FAHY Paul, Xavier par Guy Le Néouannic, version mise en ligne le 6 janvier 2009, dernière modification le 17 septembre 2017.

Par Guy Le Néouannic

Paul Fahy, président d’honneur de la Mission laïque française, en 2007
Paul Fahy, président d’honneur de la Mission laïque française, en 2007

SOURCES : Presse. — Recherche IRES-UNSA Éducation sur l’itinéraire de quelques dirigeants du monde éducatif. — Témoignage sur son parcours militant dans le cadre du Groupe de recherches sur l’histoire du syndicalisme enseignant et universitaire (2001). — Renseignements fournis par l’intéressé à Jacques Girault en 2008.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément