DUQUENNE Henri

Par Claude Pennetier

Né le 25 janvier 1875 à Paris (XIVe arr.), mort le 16 juillet 1951 à Blanc-Mesnil (Seine-et-Oise, Seine-Saint-Denis) ; ouvrier blanchisseur ; militant socialiste puis communiste de Seine-et-Oise [Seine-Saint-Denis] ; maire de Blanc-Mesnil.

Henri Duquenne
Henri Duquenne
Arch. Com. Blanc-Mesnil

Fils de Théodore Fraçois Duquenne et de Juliette Marie Mérédo, Henri Duquenne naquit dans une "famille pauvre". Il début dans la vie professionnelle comme garçon de lavoir et fut un responsable syndical CGT de sa corporation avant 1914.

Arrivé à Blanc-Mesnil en 1910, animateurs des Associations syndicales de lotissements défectueux, socialiste dès le début du siècle (peut-être même dès la fin du XIXe siècle), il fut élu conseiller municipal socialiste de Blanc-Mesnil (Seine-et-Oise, Seine-Saint-Denis) en décembre 1919 mais il démissionna en même temps que trois de ses camarades le 22 mars 1924, pour être réélu comme tête de liste communiste communiste le 4 mai 1924. Il perdit son siège aux élections générales du 10 mai 1925 (où il ne semblait pas être candidat).

Réélu lors d’une élections partielle en 1933 avec Gaston Bidault et dix autres communistes, conseiller d’arrondissement en 1934 (Aulnay-sous-Bois ), il devint maire en mai 1935. Le soutien du conseil aida les travailleurs en grèves d’occupation en juin 1936. La nouvelle municipalité mit l’accent sur les écoles (Caisse des école, patronage laïc, le santé (premier dispensaire) et le sport (Stade Jean Bouin, office municipal des Sports) et la culture (bibliothèque). Un projet de d’hôtel de ville devait débuter en 1939 mais les circonstances ne le permirent pas.

La préfecture le suspendit à l’automne 1939 puis le déchut au début de l’année 1940, pour appartenance au Parti communiste. En septembre 1940 la préfecture l’avertit qu’elle le considérerait comme responsable de la propagande illégale sur le territoire de sa commune. Un discours d’Eugène Le Moing lui attribue une déclaration sans qu’on puisse la dater et en connaître les conditions de production : "J’ai plus de 60 ans, mon passé confirme le présent, je ne renierais rien de celui-ci, si vous voulez me mettre dans un cachot, je suis prêt à y aller, mais ma force réside dans la pensée que les 45 années pendant lesquelles j’ai milité seront le couronnement de ma vie et qu’elles auront aidé à ouvrir les yeux aux jeunes ouvriers qui prennent une part de plus en plus grande au combat." Son âge et sa santé lui permirent d’échapper à l’arrestation. Il resta en contact avec les communiste jusqu’à la Libération.

Henri Duquenne reprit la première magistrature municipale le 28 août 1944 mais, fatigué et malade, il céda son écharpe à Eugène Le Moign* le 13 mai 1945. Le conseil municipal l’élut maire honoraire.

Il était resté célibataire.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article23430, notice DUQUENNE Henri par Claude Pennetier, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 28 juillet 2012.

Par Claude Pennetier

Henri Duquenne
Henri Duquenne
Arch. Com. Blanc-Mesnil

SOURCES : Arch. Dép, Seine-et-Oise, M, élections cantonales non classées. — La Renaissance, 10 août 1968. — Renseignements fournis par le Maire de Blanc-Mesnil, en février 1976 et en janvier 2011. — RGASPI, dossier au nom de Henri Duquenne dans les archives du Komintern, 495 270 1319, pas encore consulté.