DUHAU Émile [DUHAU Léon, Émile, Joseph]

Par Jean Maitron, Claude Pennetier

Né le 17 mars 1891 à Viellenave-de-Navarrenx (Basses-Pyrénées, Pyrénées-Atlantiques) ; employé des postes ; secrétaire de la Fédération postale CGT ; militant socialiste de Maisons-Alfort (Seine, Val-de-Marne) ; franc-maçon.

En 1932, Émile Duhau était secrétaire général du syndicat national des agents des PTT CGT, secondé par Giroux et Papot (secrétaires adjoints) et Jaillet (secrétaire administratif). Son organisation comptait 24 892 adhérents en juin 1934. Secrétaire administratif de la Fédération postale en 1935, il semble avoir conservé cette fonction jusqu’à la guerre. Le numéro 1 de la revue Syndicats publié le 16 octobre 1936 présentait Duhau comme un des collaborateurs.
Il était le militant le plus influent de la section socialiste de Maisons-Alfort. Second de la liste socialiste dirigée par Marcel Yung aux élections municipales du 3 mai 1925, il devint tête de liste au scrutin du 5 mai 1929 (SFIO 631 voix de moyenne, PC 1 213, municipalité sortante, 2 432, Union républicaine et socialiste 1 886). Candidat au conseil général de la Seine le 26 mai 1929 dans la deuxième circonscription de Charenton, il recueillit 317 voix sur 9 244 inscrits. En mai 1935, il refusa d’être candidat aux élections municipales et cantonales, un mandat politique étant incompatible avec « sa fonction de secrétaire de la Fédération postale ». Mais, président du comité électoral, il anima de nombreuses réunions électorales. L’Union des sections socialistes de la 5e circonscription de Sceaux envisagea dès octobre 1935 d’en faire son candidat aux élections législatives de 1936. Duhau répondit que s’il était maintenu dans sa fonction syndicale, il ne pourrait pas être candidat. À la réunion de section du 14 décembre 1935, André Dreux annonça que Duhau avait été « victime d’un accident de taxi, pendant un déplacement nécessité par ses occupations au congrès de la Fédération postale réunifiée. Il fut blessé à la tête et transporté à l’hôpital Cochin ». Sa présence aux réunions locales se fit de plus en plus rare et constituait chaque fois un petit événement. Le 25 juillet 1936 il expliqua qu’il revenait de Barcelone où se déroulaient les Olympiades espagnoles et qu’il avait assisté aux événements qui ont ensanglanté la ville. Le 3 novembre 1937, il rendit compte d’un voyage en URSS à la tête d’une délégation de postiers et conclut : « comme socialistes, nous ne pouvons qu’admirer la Révolution russe, mais une chose peut nous paraître inquiétante, c’est que vingt ans après avoir accompli cette révolution, on en soit encore à un stade de dictature ».
Selon le témoignage d’André Dreux, Duhau aurait été membre du cabinet de René Belin*, ministre du Travail à Vichy avant d’entrer dans la Résistance. Il aurait été nommé sous-préfet à la Libération.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article23265, notice DUHAU Émile [DUHAU Léon, Émile, Joseph] par Jean Maitron, Claude Pennetier, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 25 octobre 2008.

Par Jean Maitron, Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Dép. Seine, listes électorales. — Arch. section socialiste Maisons-Alfort. — Compte rendu du XIVe congrès du syndicat national des agents des PTT, Paris, 6-9 juin 1934. — Témoignage d’André Dreux. — État civil de Viellenave-de-Navarrenx, recherches infructueuses.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément