DOUMENG Jean-Baptiste

Par Michel Dreyfus

Né le 2 décembre 1919 à Lacasse, aujourd’hui Lavernose-Lucasse (Haute-Garonne), mort le 6 avril 1987 à Noé (Haute-Garonne) ; militant communiste de Haute-Garonne ; militant du MODEF ; président d’INTERGRA.

Fils d’un métayer devenu petit propriétaire, Jean-Baptiste Doumeng dut interrompre ses études à l’âge de quatorze ans. Il fut alors successivement berger, manœuvre et maçon, tout en aidant son père. Durant la campagne électorale de 1932, il fit la connaissance du professeur communiste Jean Baby qui eut sur lui une grande influence et le fit adhérer au Parti communiste. En 1938, Jean-Baptiste Doumeng monta une petite affaire d’exportation de vaches laitières qu’il vendait de Toulouse en Algérie, en échange de chevaux.
Atteint d’une pleurésie en 1939, il ne fut pas tout de suite mobilisé et se retrouva dans un chantier de jeunesse dans l’Hérault. Il se maria en octobre 1941 et s’occupa de la propriété de son beau-père, tout en participant à la Résistance. Homologué lieutenant des Forces françaises de l’intérieur (FFI), il s’occupait de l’approvisionnement.
Remarqué par Waldeck Rochet*, le principal responsable du Parti communiste pour les questions paysannes, Jean-Baptiste Doumeng devint en novembre 1944 secrétaire général départemental de la Confédération générale agricole (CGA) puis son trésorier national adjoint, de 1946 à 1948.
En octobre 1945, il échangea, lors d’un voyage en Tchécoslovaquie, des marchandises alimentaires contre des tracteurs. L’année suivante, il créa l’Union des coopératives agricoles du Sud-ouest (UCASO) qu’il présida. De 1946 à 1948, il siégea au conseil d’administration du Conseil national d’escompte de Paris où il s’initia aux problèmes financiers. Secrétaire général de la Fédération des exploitants agricoles de la Haute-Garonne depuis 1946, il devait en devenir le président en 1972.
Le 24 juin 1949, Jean-Baptiste Doumeng créa la société INTERGRA qu’il devait présider jusqu’à son décès. Durant près de quarante ans INTERGRA eut des relations commerciales suivies avec l’URSS et les démocraties populaires. En 1969, il créa, avec le soutien de la Banque Rothschild, la Compagnie européenne de distribution EURAGRI, réseau européen de distribution de produits périssables ; en 1972, il racheta la SICA Maine-Viande qui devint la SOCOPA, société centrale de viande dont il assura également la présidence.
En 1976, avec l’appui de la Confédération française de la coopération agricole, Jean-Baptiste Doumeng fut élu président du Comité agricole et président de son bureau économique au sein de l’Alliance coopérative internationale (ACI). De 1973 à 1977, il siégea au conseil d’administration de la Confédération nationale de la mutualité, de la coopération et du crédit agricole. Administrateur, en 1983, de la Compagnie française d’assurance pour le commerce extérieur, il poursuivit jusqu’à sa mort une activité considérable dans tous les domaines de l’agro-alimentaire.
S’il accepta d’être maire de son village, Noé (Haute-Garonne), de 1959 à 1976 et conseiller général de la Haute-Garonne de 1970 à 1976, il refusa toujours des mandats politiques plus importants, mais il resta fidèle au Parti communiste jusqu’à son dernier souffle. Dans les années 1970, il fut aussi un dirigeant important du Mouvement de défense de l’exploitation familiale (MODEF), largement impulsé par le Parti communiste.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article22917, notice DOUMENG Jean-Baptiste par Michel Dreyfus, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 30 novembre 2015.

Par Michel Dreyfus

SOURCES : Arch. PPo, Ga br1. — Who’s Who XXe siècle, p. 697-698. — Jacques Lamalle, Le Milliardaire rouge. — Ph. Robrieux, Histoire intérieure du Parti communiste, t. III, op. cit., Fayard, 1982, notamment p. 63-71.

Version imprimable Signaler un complément