DOIRET Madeleine, Joséphine, Sylvie

Par Michèle Rault

Née le 2 novembre 1920 à Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne), morte le 21 septembre 2001 à Argenteuil (Val-d’Oise) ; secrétaire ; militante communiste d’Ivry-sur-Seine ; résistante déportée.

Fille du militant communiste Pierre Doiret, piqueur, et d’Yvonne Pagès, vendeuse, Madeleine Doiret fut membre de l’Union des Jeunes filles de France (UJFF) à partir de décembre 1936. En septembre 1938, elle interrompit ses études à l’école primaire supérieure pour apprendre la sténographie.

À la déclaration de la guerre, elle devint institutrice intérimaire dans l’Yonne. En août 1940, elle rejoignit les Jeunes communistes d’Ivry qui se regroupaient pour mener l’action clandestine. Elle tapait des tracts sur stencils qui étaient tirés sur une ronéo cachée dans une cave murée du pavillon de ses parents et déposait les tracts dans différents coins d’Ivry où d’autres jeunes les récupéraient pour les distribuer.

Madeleine Doiret entra dans la clandestinité, vivant seule à Paris. Elle tapa les premières lettres des fusillés de 1941, les appels au sabotage, à la Résistance. Elle fut arrêtée le 17 juin 1942 et transférée à Romainville (Seine, Seine-Saint-Denis) le 10 août 1942. Elle fit partie du convoi du 24 janvier 1943 parti de Compiègne (Oise) et enregistré le 27 janvier à Auschwitz, le même convoi que Danielle Casanova, Marie-Claude Vaillant-Couturier et Georgette Rostaing, militante ivryenne de l’UJFF. Le 7 janvier 1944, les Allemands l’envoyèrent à Ravensbrück. Pour éviter d’être prise pour les commandos de travail extérieurs, elle se fit engager chez Siemens grâce à des camarades tchèques.

Libérée par la Croix-Rouge le 23 avril 1945, elle apprit la mort de son frère Roger Doiret, qui évacué de Neuengamme, péri sur la Cap Arkona, dans la baie de Lübeck le 3 mai 1945. Elle fut homologuée soldat de 2e classe dans la RIF.

Marié à Ivry le 28 juillet 1957 avec un chauffeur d’automobiles, Madeleine Doiret était alors secrétaire.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article22790, notice DOIRET Madeleine, Joséphine, Sylvie par Michèle Rault, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 20 janvier 2010.

Par Michèle Rault

SOURCES : Arch. Com. Ivry-sur-Seine. — Charlotte Delbo, Le convoi du 24 janvier, Éditions de Minuit, 1966.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément