DEWERPE Fanny [née KAPCIUCH Fanny]

Par Christian Henrisey, Claude Pennetier

Née le 29 mai 1931 à Paris (XIIe arr.), tué lors de la manifestation du 8 février 1962 à Paris (Xe arr.) ; secrétaire-dactylographe ; militante communiste de Paris.

Fanny Dewerpe
Fanny Dewerpe

Fille de Chaïm Kapciuch, sans profession et de Ruchla Sadowska, époux domiciliés 9 rue Mazagran, Paris Xe,S Fany Kapciuch se maria avec André Dewerpe. Secrétaire, domiciliée 97 rue Oberkampf à Paris (XIe arr.), Fanny Kapciuch était issue d’une famille « décimée par les nazis ». Son mari,André Dewerpe, militant communiste, employé à l’Humanité, photographe, était mort en 1954 des suites des violences policières subies lors des manifestations de 1952 contre Ridgway.
Grièvement blessée lors de la manifestation du 8 février 1962 à Charonne (Paris XIe arr.), Fanny Dewerpe mourut à son arrivée à l’hôpital Saint-Louis à 20 heures 55.

Les autres morts étaient Daniel Féry, Jean-Pierre Bernard (dessinateur aux PTT, 30 ans), Anne Godeau (employée des PTT, 24 ans), Édouard Lemarchand (employé de presse, 40 ans), Suzanne Martorell (employée de presse, 35 ans), Hyppolythe Pina (maçon, 58 ans), Maurice Pochard (employé de bureau, 48 ans) et Raymond Wintgens (typographe, 44 ans).

Elle fut inhumée à Montfermeil.

Elle avait un fils alors âgé de neuf ans, Alain Dewerpe, qui devint un historien important et mourut en avril 2015.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article22653, notice DEWERPE Fanny [née KAPCIUCH Fanny] par Christian Henrisey, Claude Pennetier, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 6 janvier 2019.

Par Christian Henrisey, Claude Pennetier

Fanny Dewerpe
Fanny Dewerpe

SOURCES : Alain Dewerpe, Charonne, 8 février 1962. Anthropologie historique d’un massacre d’État, Paris, Gallimard, coll. « Folio-Histoire inédit », 2006. — Archives de Paris, EC du 10e arrondissement, acte de décès n° 522 du 11 février 1962 à 10 heures du matin. — Jean-Paul Brunet, Charonne, lumières sur une tragédie, Flammarion, 2003.

Version imprimable Signaler un complément