DEROBERT Fernand

Par Jean-Pierre Besse

Né le 17 septembre 1897 à Estrées-Saint-Denis (Oise), mort le 5 octobre 1976 à Mouy (Oise) ; commerçant (marchand forain) ; militant socialiste, résistant, déporté ; maire de Mouy (1941-1942, 1947-1959).

Fils d’un maître d’hôtel, Fernand Derobert, marchand forain, adhéra à la SFIO en 1920 et milita d’abord dans la section d’Estrées-Saint-Denis (Oise). Il vint s’installer par la suite à Mouy (Oise) et devint secrétaire adjoint de la section locale SFIO en 1936 et secrétaire du comité de Front populaire.
Entré au conseiller municipal en décembre 1936 lors d’une élection partielle, Fernand Derobert fut élu premier adjoint en janvier 1937. Le conseil fut dissous et une délégation spéciale mise en place en mai 1940, il en fut le président jusqu’en mars 1941. Fernand Derobert fut alors nommé maire par le gouvernement de Vichy.
Fernand Derobert participa à la Résistance au sein de l’Organisation civile et militaire (OCM) et fut arrêté le 3 septembre 1942. Interné à Beauvais (Oise) puis à Royallieu près de Compiègne (25 octobre 1942-23 janvier 1943), il fut déporté à Sachsenhausen puis à Buchenwald d’où il s’évada le 27 avril 1945.
Revenu à Mouy (Oise), Fernand Derobert fut élu membre de la commission administrative fédérale de la SFIO en 1945 et réélu en janvier 1947. Son nom ne figurait pas parmi les conseillers municipaux rétablis à la Libération et depuis avril 1945 le poste de maire était détenu par Lucien Leblond, maire SFIO de 1937 à 1940, qui avait rejoint dans la Résistance le Parti communiste. Fernand Derobert, à la tête d’une liste de large union battit la liste communiste en 1947 et retrouva alors le poste de maire. Il fut réélu en 1953 à la tête d’une liste d’union et d’intérêt municipaux arrivant cependant en dernière position avec seulement 125 voix d’avance sur Lucien Leblond qui emmenait la liste communiste. Fernand Derobert ne se représenta pas en 1959.Il fut élu en janvier 1967, président de la section locale des Vieux de France.
Marié le 6 août 1949 à Mouy (Oise) avec Adeline Lucet, Fernand Derobert mourut dans cette commune le 5 octobre 1976.

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article22364, notice DEROBERT Fernand par Jean-Pierre Besse, version mise en ligne le 25 octobre 2008, dernière modification le 25 octobre 2008.

Par Jean-Pierre Besse

SOURCES : Arch. Dép. Oise, séries M et W. — Arch. Com. Mouy. — Le Cri populaire de l’Oise, 1934-1939. — L’Oise socialiste, 1945-1946. — Presse locale. — Notice DBMOF, par Élie Fruit. — État civil d’Estrées-Saint-Denis.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément