SARRETTE Paul, François, Marie, Charles, William (pseudonymes Paul SAWYER, LOUIS et GONDOLIER]

Par Jean-Louis Ponnavoy

Né le 14 novembre 1920 à Nice (Alpes-Maritimes), mort par accident le 5 septembre 1944 à Chiddes (Nièvre) ; étudiant puis militaire ; résistant de Libération-Nord, du réseau Buckmaster (SOE), des Forces Françaises combattantes (FFC) et des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Paul Sarrette était le fils de Louis, architecte. Étudiant en philosophie, il était domicilié 40 boulevard Victor-Hugo, à Nice. Engagé volontaire à 19 ans en 1939, il rejoignit l’Angleterre en octobre 1942 en passant par l’Espagne et entra au Spécial Opération Exécutive (SOE) sous le nom de "Paul Sawyer". Il choisit comme nom de guerre le pseudonyme "Louis", du nom de son père. Après une formation d’organisateur, il fut parachuté en France le 22 décembre 1943 sur le plateau d’Écot vers Montbéliard. Sa mission consistait à monter le réseau Gondolier et à implanter un maquis important dans le Sud-Morvan pour aider les armées de libération après le débarquement, en coupant les principaux axes routiers et ferroviaires. Il fut hébergé une semaine à Pagney (Jura)chez Auguste Michelin, agent du réseau "Stockbroker"(SOE) avant de rejoindre le Morvan. Rattaché au réseau Antoine du groupe Buckmaster, il fut aidé en cela par Kenneth Y. Mackenzie, dit "Baptiste", de nationalité anglaise et spécialiste des transmissions radios. Le 8 juin 1944, Paul Sarrette devenu le "Capitaine Louis" et 22 maquisards s’installèrent à la maison forestière de la Croix de Meu sur le territoire de Poil (Nièvre), près de Larochemillay. Les volontaires affluèrent, et le 22 juin 1944, le maquis qui était membre de Libération-Nord sous les ordres du colonel Roche, alias "Moreau" rejoignit un lieu plus approprié, « les Fraichots », dans la forêt de Châtillon sur la commune de Larochemillay. À la fin juillet 1944, Louis décréta la mobilisation générale portant l’effectif du maquis à 1023 hommes. Au château de Champlévrier, fut implanté l’hôpital du maquis dirigé par les époux Sauter d’Autun, chirurgien et médecin. Au hameau du Tillot et au lieu-dit Les Carruzes furent implantées les 5e et 6e compagnies.
Dans la nuit du 4 au 5 septembre 1944, les maquisards projetèrent de tendre une embuscade contre un convoi allemand, route de Nevers, vers le Moulin Neuf.
L’embuscade échoua, car les Allemands se trouvaient à l’endroit où les maquisards voulaient se poster. Au retour, vers 4 heures du matin, accompagné de Joseph Lagarde, second du docteur Bondoux, le capitaine Louis, décida de s’arrêter au Château de Champlévrier, hôpital du maquis puis vers huit heures, il partit rejoindre aux Carruzes, un groupe de maquisards qui venait essayer un mortier, parachuté le 2 septembre, mais sans mode d’emploi. Le premier obus rata l’objectif, trop court. Le servant, augmenta la charge propulsive. Au deuxième essieu, le mortier explosa et le groupe fut projeté à terre. Six hommes furent déchiquetés par l’explosion. Le capitaine Louis eut juste le temps de donner l’ordre au docteur Lagarde qui était avec lui de prévenir l’hôpital du maquis avant de succomber pendant son transport, blessé mortellement au niveau du cœur par un petit éclat, provenant de l’explosion d’une grenade portée par un des maquisards.
Il repose dans le cimetière communal, à Chiddes (Nièvre).
Il fut homologué au grade de capitaine des Forces françaises combattantes (FFC) et des Forces françaises de l’intérieur (FFI), [dossier SHD Vincennes GR 16 P 536216].
Paul Sarrette reçut la "Mentioned in Despatches", citation militaire britannique équivalant à une distinction militaire récompensant la bravoure au combat. Il fut décoré de la Légion d’honneur et de la Croix de guerre 39-45 à titre posthume.
Son nom figure sur le monument aux morts et la plaque commémorative 1939-1945 du Lycée Masséna, à Nice (Alpes-Maritimes), sur le Mémorial du Special Operations Executive (SOE), section française, à Valençay (Indre), sur la stèle commémorative du carrefour des Carruzes, à Chiddes, sur les monuments commémoratifs du maquis Louis, à Larochemillay et Luzy (Nièvre).
L’école élémentaire de Chiddes porte à l’initiative de ses élèves le nom de "Paul Sarrette"

Pour citer cet article :
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article222066, notice SARRETTE Paul, François, Marie, Charles, William (pseudonymes Paul SAWYER, LOUIS et GONDOLIER] par Jean-Louis Ponnavoy, version mise en ligne le 15 janvier 2020, dernière modification le 15 janvier 2020.

Par Jean-Louis Ponnavoy

SOURCES : Wikipédia biographie de Paul Sarrette.— Commune de Chiddes, La stèle des Carruzes.— France 3 Bourgogne du 7 avril 2019, Chiddes (58) : l’école porte désormais le nom de Paul Sarrette, héros de la Résistance.— Le Journal du Centre du 12/09/2012, Hommage au maquis Louis.— L’Est républicain du 10 février 2019, Montbéliard : Paul Sarrette, l’étoffe d’un héros.— Mémorial Genweb.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément